Le doute de S.K. Tremayne

couv74066778

Un thriller qui m’a de suite plu, j’ai eu très facile à m’y plonger. Par contre, il m’a souvent mise mal à l’aise et j’ai eu beaucoup de mal avec le décor. Si j’ai aimé toute l’intrigue, j’ai cependant été déçue par la fin, j’ai vraiment l’impression d’être restée sur ma faim. Plusieurs questions restent encore sans réponses et je m’en sens frustrée.

Un an après la mort accidentelle de Lydia, 6 ans, ses parents et sa jumelle Kristie prennent un nouveau départ en s’installant sur une petite île écossaise isolée. Mais l’étrange comportement de Kristie sème bientôt le trouble. Elle demande à se faire appeler Lydia… Qui est-elle vraiment ?

En lisant sur la couverture du livre « On chuchote que ce serait le prochain Les Apparences », je me suis demandé à quel niveau. J’ai également espéré que je n’allait pas en ressortir frustrée et énervée comme à la fin du roman de Gillian Flynn. Et bien si ! C’est vrai, ça pourrait bien être le prochain « Les Apparences » ! En tout cas, j’ai trouvé que c’était plus ou moins le même style de lecture, même si celui-ci semble moins long. L’intrigue s’installe rapidement et je ne me suis pas ennuyée une seconde (contrairement à l’autre livre cité, qui lui possède plusieurs longueurs).

J’avoue que j’ai tout de suite été happée par cette histoire, qui m’a cependant rendue plutôt mal à l’aise. Tout ce mystère autour des jumelles, les réactions des parents… j’en avais des frissons. Je ne pensais pas qu’une mère pouvait douter de l’identité d’une de ses filles, même si celles-ci ressemble comme deux gouttes d’eau à sa sœur jumelle. Que Sarah finisse par se demander si celle qu’elle avait enterré était bien Lydia, ça m’a un peu choquée !

Je dois avouer que je n’ai aucune connaissance en ce qui concerne les liens entre vrais jumeaux. Mais là, j’ai trouvé ça très (trop) fort. Qu’une telle confusion puisse s’insinuer, autant du côté de la mère que de la gamine survivante, c’était assez dérangeant en fait. Dans le bon sens du terme, je dois dire que j’ai aimé ce que j’ai ressenti à la lecture de cette histoire.

Là où j’ai vraiment été dérangée, c’est lorsqu’on en apprend plus sur les liens qui unissent les parents (chacun de son côté) avec les deux filles. Je ne vais pas m’épancher là-dessus afin de ne rien révéler d’important mais j’étais mal à l’aise de lire certaines choses. Également cette relation entre Sarah et son mari Angus. C’est fou comment elle change et évolue au fil des pages. J’en suis venue à détester le père des filles alors qu’au début, il me rendait plutôt indifférente.

Concernant les décors, on s’y croirait mais personnellement, je n’ai pas aimé… cela-ci, ça aide à se sentir mal à l’aise. Le fait que le cottage soit délabré… à se demander pourquoi ils ont décidé de s’y installer ! Bref… les mots/phrases en gaélique m’ont agacée plus qu’autre chose. Heureusement qu’il n’y en avait pas plus, ça aurait fait trop. D’autant que j’ai trouvé que ça n’apportait absolument rien à l’histoire, ça alourdi même plutôt le texte selon moi !

A part ça, quelques petites répétitions de-ci, de-là, mais rien de bien important.

En bref, ce fût une très bonne lecture, même si la fin m’a beaucoup déçue. Je le conseille tout de même aux amateurs de thriller psychologique car il est tout de même assez bien écrit à ce niveau-là !

Ma note : 4/5 (Très bien)

Merci à la Masse Critique de Babelio
et aux éditions « Presses de la Cité » pour ce partenariat !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s