Momo Tome 1 de Jonathan Garnier et Rony Hotin

couv2881043

Une petite histoire toute mignonne, des personnages intéressants et attachants, de jolis dessins et même une partie « journal intime » à la fin. Bref, un très bon petit divertissement que je ne peux que conseiller malgré la fin un peu triste.

« Hey le bon dieu ! Dis à mon papa qu’il faut qu’il rentre vite ! Et dis-lui que je lui fais des gros bécots ! Et mamy aussi, elle lui fait des bécots ! … Même si elle pique un peu… »

Avec Momo, Jonathan Garnier et Rony Hotin recomposent le parfum inoubliable de l’enfance. Le temps des copains, des découvertes, des petite bêtises, des grands bonheurs et des gros chagrins. Le temps aussi d’un émerveillement constant que contrarient parfois les réalités du monde adulte.

Je n’avais jamais entendu parler de Momo avant de tomber sur ce premier Tome lors de ma petite visite plus ou moins régulière à ma bibliothèque communale. Il était là, bien mis en évidence en tête de rayon. Je l’ai pris, je l’ai feuilleté vite fait, j’en ai lu le résumé et je me suis installée sur place pour le lire.

Au départ, je croyais que Momo était un garçon (le nom et le look portent à confusion). Malgré tout, j’ai très vite compris qu’il s’agit d’une fille et j’en ai été plutôt étonnée. Bref, aucune importance, passons à autre chose ! Momo est donc une petite fille qui habite chez sa grand-mère avec son père. On ne rencontre cependant pas ce dernier car il est parti en mer, il me semble que naviguer, c’est son métier.

Vu son jeune âge, notre petite Momo aime faire des découvertes et elle n’a donc pas peur de s’aventurer seule hors du cocon familial. C’est ainsi qu’elle rencontre une petite bande de gamins qui jouent dans le coin. Elle fait également la connaissance d’une jeune fille qui semble la fasciner et avec qui elle aime passer du temps, et d’un groupe de jeunes hommes qui trainent dans le quartier.

J’ai beaucoup aimé suivre cette petite fille dans ces différentes rencontres, l’histoire est mignonne et très sympa à lire. Les dessins sont beaux et bien réalisés. Une fin un peu triste mais qui donne tout de même envie de découvrir la suite.

Bref, une chouette découverte que je ne peux que conseiller aux amateurs du genre.

Ma note : 3,5/5 (Bien)

Billy Brouillard HS1 et HS2 – Les comptines malfaisantes de Guillaume Bianco

Je garde un avis mitigé pour ces deux HS, qui sont aussi mes premières découvertes de l’univers de Billy Brouillard. C’est cruel est bizarre. Divertissant et dérangeant. Bref, une fois de temps en temps, pourquoi pas, pour changer des BD plus « classiques ».

couv41739678

Les comptines malfaisantes sont au nombre de treize. Leurs origines sont diverses et variées, souvent mystérieuses. Certains prétendent quelles auraient été écrites par le diable en personne, afin de punir les enfants dissipés. Quatre d’entre elles ont été retranscrites à ce jour, elles vous sont ici livrées…

Ce coffret contient :
– L’Hôte funeste
– La complainte de la fille de l’eau
– La Petite princesse qui faisait mal aux gens
– Imhotep

Billy Brouillard HS 2 - Les comptines malfaisantes

Fantaisistes et angoissantes, quatre nouvelles “comptines malfaisantes” aujourd’hui dévoilées dans ce second coffret !

Quatre d’entre elles ont déjà été retranscrites, quatre nouvelles le sont aujourd’hui :
– Vous brûlerez d’épouvante en découvrant Ézilda, le lézard géant qui suit les enfants comme leur ombre sans raison apparente…
– Plus jamais vous ne vous endormirez dans le noir après avoir lu la sinistre histoire du Nez qui dépasse…
– Si vous survivez à la lecture d’Angoisses nocturnes, vos cauchemars auront une saveur âpre…
– Et enfin, vous en saurez un peu plus sur le terrifiant Monsieur du Sac qui effraie tant Billy…

Prenez gare… Comme certains contes populaires, la morale de ces comptines peut s’avérer dure, ironique, souvent cruelle… mais toujours surprenante.

J’avais déjà croisé la route de ces comptines malfaisantes lors d’une excursion en librairie. A l’époque, je les avais feuilletés et j’avais fortement hésité à les acheter. Mon panier étant déjà bien plein, j’ai préféré épargner à mon portefeuille cette dépense supplémentaire.

Et puis récemment, j’ai décidé de m’abonner à la bibliothèque de ma ville et je suis de nouveau tombée sur ces deux Hors Série. J’étais seule à errer dans les rayonnages et j’avais du temps à perdre. Je me suis donc installée et j’ai lus les 8 comptines d’affilées.

Avec le recul (car j’écris cette chroniques avec bien 1 mois de retard *Tape sur les doigts*), je ne sais plus trop quoi penser de cette lecture. J’en garde un souvenir mitigé et assez étrange.

Les dessins sont bien faits mais bizarres (ne cherchez pas à comprendre, c’est le mot que je trouve qui exprime le mieux ce que je ressens). Les histoires sont plutôt cruelles en général avec une morale pas très morale en fait. De quoi effrayer les plus petits et il faudra encore attendre plusieurs longues années avant que je ne partage cette découverte avec mes filles.

En bref, ces lectures m’ont permis de passer le temps, j’ai été divertie et je n’en attendais pas plus. Ce n’est pas le genre de BD que j’apprécie plus que ça, mais une fois de temps temps, pourquoi pas !

Ma note : 3,5/5 (Bien)

Astrid Bromure Tome 3 – Comment épingler L’enfant sauvage de Fabrice Parme

couv61276434

Encore une chouette petite aventure d’Astrid, j’ai adoré ! Cette petite a vraiment de la ressource et on peut dire qu’elle obtient toujours ce qu’elle veut. Je la trouve marrante et adorable. Bref, j’accroche vraiment avec ce personnage et j’espère qu’il y aura d’autres suites.

Astrid, petite fille solitaire élevée dans l’hôtel particulier de ses riches parents, est toujours à la recherche de compagnons de jeux. Aussi quand elle entend parler à la radio des enfants sauvages du Gabokonga, ni une ni deux, elle convainc ses parents d’y partir en voyage. Ce séjour dans la jungle sera l’occasion de confronter de nombreuses habitudes culturelles ou culinaires avec les habitants locaux… et de tordre le cou à de nombreux préjugés ! Astrid en apprendra beaucoup plus qu’elle ne le pensait de sa rencontre avec cet enfant sauvage qui parle aux oiseaux.

Encore un Astrid Bromure emprunté à ma bibliothèque et je ne le regrette pas. Bon, je l’ai lu assez vite car j’avais un timing assez serré mais j’ai tout de même pu bien apprécier cette nouvelle aventure.

Décidémment, Astrid est une petite fille pleine de ressources. S’ennuyant dans son hotel, elle entend parler, à la radio des enfants sauvages du Gabokonga et se met en tête d’aller les rencontrer. Trouvant une excuse acceptable, elle convaint ses parents de partir pour la jungle.

Sur place, ils y feront de chouettes nouvelles rencontres. Les autochtones sont super intéressants et j’ai beaucoup aimé leurs échanges avec Mme Dotie. De son côté, Astrid s’est mise en quête de L’enfant sauvage qui parle aux oiseaux et j’ai trouvé leur relation naissante tout à fait sympathique.

Quant à la fin, je l’ai trouvée tout à fait à mon goût, c’est tout à fait comme ça que je voulais que ça se termine ! Et j’ai également aimé retrouver l’institutrice rencontrée dans le Tome 2. C’est vraiment chouette de voir les petites references aux precedents tomes, ça prouve que tout ce suit.

Bref, j’ai encore et toujours adoré Astrid !
Je ne sais pas s’il y aura d’autres tomes mais en tout cas, je l’espère car je continuerai à suivre cette petite chipie avec beaucoup de plaisir !

Ma note : 4/5 (Très bien)

Astrid Bromure Tome 2 – Comment atomizer les fantômes de Fabrice Parme

couv36046266

Encore un chouette petit épisode d’Astrid Bromure. J’aime beaucoup ce personnage, elle est marrante et arrive toujours à me faire rire. La voir trembler de peur à l’évocation des fantômes était divertissant à souhait !

Astrid en a assez de s’ennuyer dans le grand manoir vide de ses parents… elle réussit à les convaincre de l’inscrire au manoir de Canterville. À elle les nouvelles copines, les joies de l’internat, et surtout la chambre partagée avec des jumelles qui n’ont pas froid aux yeux, Gladys et Rebecca. Seul hic, la légende dit que Canterville est truffé de fantômes, ce qui ne rassure pas du tout Astrid ! En plus d’apprendre à atomiser les fantômes, elle va devoir comprendre ce qu’elle est prête à faire ou non pour être populaire.

Après avoir lu le Tome 1, je suis tombée amoureuse d’Astrid Bromure et je n’ai donc pas pu resister à le ramener chez moi lors de ma dernière visite à la bibliothèque. Une fois encore, j’ai passé un excellent moment de divertissement avec cette charmante petite fille.

Elle m’a bien fait rire à vouloir s’inscrire au manoir de Canterville et de s’y retrouver, la peur au ventre lorsqu’elle apprend que, selon la légende, celui-ci est hanté par des fantômes. On la voit trembler de peur alors que ses copines de chambre (deux gamines qui n’ont peur de rien et qui s’amusent de tout) en rajoutent.

Et finalement, la curiosité est plus forte et elle enquête pour savoir ce qui en est.

Bon par contre, autant j’adore Astrid, autant j’ai eu du mal avec Gladys et Rebecca (ses copines de chambre), je n’aurai pas voulu devoir les cotoyer aussi longtemps ! Mais bon, question de feeling ! Et puis, Astrid et elles sont carrément à l’opposé !

Ha oui, et la scène de nettoyage, hilarante !!!!

En bref, une petite série toute sympathique que je vais continuer avec grand plaisir !

Ma note : 4/5 (Très bien)

L’épouvantable peur d’Epiphanie Frayeur de Séverine Gauthier et Clément Lefèvre

L'épouvantable peur d'Epiphanie Frayeur

Je n’ai malheureusement pas vraiment accroché. Les dessins sont chouettes mais j’ai eu du mal avec l’histoire, je l’ai trouvée un peu bizarre et je m’y suis perdue. Je n’ai pas réussi à m’y plonger, dommage.

Une histoire savoureuse et pleine d’humour autour des peurs enfantines.

Épiphanie Frayeur est une petite fille qui grandit en même temps – mais moins vite – que sa peur. Ses cheveux sont constamment dressés sur sa tête. Elle a peur de tout, tout le temps. Cette peur – une énorme masse noire qui prend différentes formes – la suit partout, attachée à ses pieds comme son ombre.

– Aaahhh !!! Vous m’avez fait peur ! Qu’est-ce que c’est que ça ?
– Ma peur justement.
– On dirait votre ombre.
– Oui, j’ai peur de mon ombre.

À l’orée de ses neuf ans, Épiphanie souhaite réussir à la dompter pour ne plus la subir. Au cours de cette quête, elle fait d’étonnantes rencontres – toutes plus loufoques les unes que les autres : un psychiatre, un coiffeur, un chevalier sans peur et sans reproche, un dompteur de fauves, une voyante…
Nouera-t-elle de nouveaux liens qui la rendront plus forte ?

Cette BD était en présentation sur une table de ma bibliothèque lorsque mon regard s’est posé dessus. J’ai été intriguée par ce titre et je l’ai donc feuilleté rapidement avant de décider de rentrer chez moi avec pour le lire.

Honnêtement, j’en ai été déçue. Je ne m’attendais à rien en particulier, mais j’ai eu du mal à accrocher… J’ai trouvé l’histoire et les personnages assez bizarres, ce qui fait que je n’ai pas réussi à vraiment me plonger dans cette BD Jeunesse. En fait, je ne l’ai simplement pas comprise… Maintenant, je ne dit pas qu’elle n’est pas bien. Sans doute n’étais-je pas d’humeur pour ce genre d’ouvrage.

La fin est mignonne et elle vaut la peine.

Après, ça n’est sans doute pas la première BD que je conseillerai autour de moi !

Ma note : 2,5/5 (Moyen)

Astrid Bromure Tome 1 – Comment dézinguer la Petite Souris de Fabrice Parme

astrid-bromure-tome-1-comment-dezinguer-la-petite-souris

Une chouette petite bande dessinée très facile à lire. Le personnage d’Astrid est très sympathique, elle est assez drôle. Les dessins me plaisent (ce qui n’est pas fréquent, je suis très difficile). L’histoire est agréable. Bref, à lire, ne serait-ce que pour le bon moment de divertissement !

Astrid vient de perdre une dent, et découvre à cette occasion la légende de la petite souris… les versions proposées par son entourage différent tellement qu’elle n’en croit pas un mot. Pour le prouver, elle décide de mettre en place de savants pièges pour la capturer, échoue mais… Stupéfaction : la petite souris lui a déposé un tube de dentifrice sous son oreiller. Elle existe donc ! Astrid extrêmement motivée va tout faire faire pour résoudre le mystère du dentifrice et capturer sa première amie.

J’étais tombée par hasard sur cette bande dessinée sur Livraddict et je l’ai immédiatement ajoutée à ma WishList où il est resté un petit temps. Aujourd’hui, lors d’une sortie en bibliothèque avec mon homme et les filles, j’ai été agréablement surprise de le repérer sur une étagère. Je n’ai pas hésité une seconde avant de l’emporter pour location.

Je l’ai lu en quelques minutes. J’ai tout de suite accroché au personnage d’Astrid. Elle est très sympathique et très divertissante (même quand elle s’ennuie, lol). Mme Dotie et Benchley sont également bien amusants, je les ais tous deux beaucoup apprécié. Gatsby et Fitzgerald, quant à eux, m’ont laissée plutôt indifférente. Par contre, la Petite Souris ainsi que les « impostures » m’ont beaucoup fait rire.

J’ai trouvé l’histoire plutôt originale et divertissante, j’ai passé un très agréable moment et j’ai déjà hâte de me plonger dans le Tome suivant ! En espérant le trouver le semaine prochaine à la bibliothèque car il n’était pas là aujourd’hui, hélas !

En bref, une petite bande dessinée bien sympathique que je ne peux que conseiller !

Ma note : 4,5/5 (Excellent)

Sky Doll Tome 1 – La ville jaune de Alessandro Barbucci et Barbara Canepa

sky-doll-tome-1-la-ville-jaune

Une BD plutôt bien dessinée que j’ai eu du mal à comprendre. Je me suis souvent sentie perdue, avec l’impression qu’on saute d’un truc à l’autre sans prévenir. Il me reste une impression d’avoir sauté des passages. A part ça, la fin me donne envie d’en savoir plus, ce 1er Tome a éveillé ma curiosité.

Dieu est mort. Son corps gît dans son bureau de l’Heaven Spaceshisp Wash, un astrolavage parmi tant d’autres sur la planète Papathéa. Mais quel est le lien entre le créateur de l’univers et cette poupée synthétique conçue pour le plaisir des sens, en cavale de planète en planète ? Pourquoi semble-t-elle toujours en proie à une avalanche d’événements désastreux tels des électrons gravitant autour du noyau d’un atome ? Peut-être que la papesse sait ou pressent quelque chose. Peut-être ce secret est-il gardé par les mystérieux habitants de la ville blanche. Peut-être, tout simplement, que personne ne sait rien. Sans doute, lorsque la vérité éclatera au grand jour, sera-t-il trop tard. Pour tous.

Dans mes bonnes résolutions de cette année : Passer un peu plus de temps avec moi-même… Et pour cela, une matinée par mois où je quitte la maison, laissant mon homme avec mes filles. Aujourd’hui, pour ma première, j’ai décidé d’aller à pied jusqu’à la bibliothèque de ma ville (où je n’étais jamais allée avant). Je ne sais pas pourquoi, je suis allée directement au rayon BD adulte et je suis tombée sur celle-ci…

La couverture m’a plue et le résumé m’a intéressée. Je me suis donc installée dans un coin de la bibliothèque avec ce 1er Tome entre les mains. J’ai vite accroché aux dessins que je trouve très bien réalisés. Il est clair que ça n’est pas mon genre de lecture habituelle mais j’apprécie beaucoup le coup de crayon de l’auteur.

En ce qui concerne l’histoire, je l’ai trouvée plutôt compliquée… Je me suis souvent sentie perdue je dois dire. J’ai souvent eu l’impression d’être passée à côté de quelque chose. L’intrigue de base n’est pas bien compliquée : Noa s’est évadée de sa vie de laveuse de vaisseau et on la suit dans sa cavale. Autour de ça, il y a l’histoire avec les deux papesses Agape et Ludovique, et là, j’ai eu plus de mal.

A part ça, je suis curieuse de découvrir la suite et je pense me plonger dans le 2ème Tome lors de ma prochaine escapade à la bibliothèque.

Ma note : 3/5 (Pas mal)

Tout plaquer et aller prendre un bain de Mathou Chou

tout-plaquer-et-aller-prendre-un-bain

Un excellent divertissement très rapidement lu ! Un lecture et des images qui font du bien au moral et qui mettent de bonne humeur ! Je ne peux que conseiller cet album à tout le monde ! Une bonne façon de se rappeler que la vie est belle !

Je vous propose un livre poétique, pour faire sourire, pour faire rire, pour se dire “ah oui tiens, c’est vrai, j’avais oublié tout ça, comme c’était chouette”. J’aime glaner des petits moments. Mettre de côté dans un coin de ma tête des petits plaisirs, des petits bonbons de bonne humeur ou de joie simple qui me permettent d’avancer et de positiver – parfois. Ce livre est une succession de mes petits moments à moi, vécus ou fantasmés, bien réels ou rêvés, aperçus, à peine entrevus, passés trop vite …. Le temps file et nos souvenirs avec, ce livre est là pour que je me souvienne de ces moments, pour qu’ils m’aident à voir la vie du côté le plus joli possible. J’espère qu’il vous permettra d’en faire tout pareil. Je vous souhaite mille et un petits moments qui rendront votre vie jolie !

Je me baladais tranquillement parmi les allées de BD de chez Filigranes lorsque la couverture de cet album a attiré ma curiosité… J’ai lu le résumé, il m’a plu… J’ai feuilleté l’ouvrage et j’ai été charmée…

Et c’est là, dans les rayons de la librairie que j’ai commencé ma lecture… J’en ai vite eu le sourire et vite oublié mon mal de crâne naissant ! Tout ces petits bonheurs sont tellement beaux et tellement vrais ! On s’identifie facilement à ce personnage, la plupart de ses moments à elles sont aussi des moments que j’ai vécu et qui m’ont apporté de la joie.

Malheureusement, nos vies trop stressantes nous font oublier tout ça, que c’est dans de petits riens qu’on peut vivre le bonheur ! Et j’ai trouvé génial d’y repenser en lisant cette jolie petite BD…

Pour moi ce fût un coup de cœur et je n’ai pas pu résister à le mettre dans mon panier ! J’espère y revenir régulièrement et le lire encore et encore. J’espère surtout penser à le sortir de ma bibliothèque à chaque fois que j’ai un petit coup de mou, à chaque petite déprime… Pour me rappeler que, même si je traverse une période difficile, il y a beaucoup de petites choses auxquelles me raccrocher !

Merci à l’auteure d’avoir partagé tout ces moments au travers ce magnifique album !

Ma note : 5/5 (Coup de cœur)

Ash Tome 1 - Anguis Seductor Hominum de François Debois

ash-tome-1-anguis-seductor-hominum

Un chouette 1er Tome, j’ai beaucoup apprécié l’histoire et les dessins même si parfois j’ai eu du mal à comprendre certaines choses. La fin est juste géniale, j’ai hâte d’en savoir plus !

1850. Royaume de Bohème. Ash est libérée d’une prison souterraine où elle croupit depuis quatre siècles. Qui est-elle et pourquoi a-t-elle été enfermée ? La seule chose dont la jeune fille soit sûre, c’est que son origine est intimement liée à un secret très convoité : celui de la vie éternelle…

Je ne sais pas pourquoi mais dernièrement, j’ai commencé à m’intéresser aux BD (pourtant, c’était vraiment pas mon truc avant, comme quoi on peut toujours changer d’avis). Et c’est par hasard que je suis tombée sur celle-ci. J’ai tout de suite été attirée par cette couverture. Ce dessin est tout simplement magnifique et j’ai flashé sur les couleurs. Le résumé m’a intriguée et, cerise sur le gâteau, c’est une duologie !!! (A savoir que je déteste les lectures qui sont tirées en longueur et je fuis donc les séries aux tomes trop nombreux).

Honnêtement, je ne sais pas quoi penser de ce personnage. J’ai parfois eu du mal à la cerner. Du coup, on ne peut pas dire que je me sois vraiment attachée à elle. J’ai trouvé son histoire intéressante et ça m’a plu de la suivre lors de la recherche de ses origines mais certaines choses ne sont pas très bien expliquées. Il se passe des choses sans qu’on en sache le comment du pourquoi. Il reste beaucoup de zones d’ombre et j’espère que tout ça s’éclaircira dans le 2ème Tome.

En tout cas, la révélation finale est géniale et j’ai hâte de voir l’impacte que ça aura sur Ash. Je pense que le Tome 2 ne restera pas très longtemps dans ma PAL !

Bref, une chouette découverte et un bon divertissement.

Ma note : 4/5 (Très bien)

Les carnets de Cerise Tome 4 – La déesse sans visage de de Joris Chamblain & Aurélie Neyret

les-carnets-de-cerise-tome-4

Encore un très bon Tome des Carnets de Cerise. J’ai beaucoup aimé cette chasse à l’énigme et les nouveaux personnages qu’on rencontre. Je suis décidément fan de cette série et je trépigne toujours autant d’impatience d’en apprendre plus sur le père de notre héroïne !

Cerise est une jeune fille qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir romancière et a même déjà commencé à écrire ses carnets ! Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement les adultes. Elle adore les observer pour tenter de deviner quels secrets ils dissimulent au fond d’eux… L’heure des vacances a sonné ! La visite d’un étrange manoir annonce une nouvelle enquête : chaque pièce est une énigme, chaque objet est un indice. Mais il est des secrets plus anciens qui ne demandent qu’à être dévoilés. Qui est cette déesse sans visage qui trône dans une pièce secrète ? Où se cache la partie manquante de ce tableau ? Mais surtout, qui tire vraiment les ficelles de ce nouveau mystère ? Si Cerise ne résolvait pas l’énigme à temps, les conséquences pourraient être terribles…

Encore une fois la couverture est super bien travaillée ! J’adore ces dessins et ces couleurs ! Il m’est impossible d’avoir un de ces tomes en mains sans repartir avec ! Plus que pour l’histoire elle-même (qui me plait déjà beaucoup), je suis fana de l’objet livre que représente chacune des BD des aventures de Cerise. Les images sont jolies, la partie « Journal intime » est toute mignonne, illustrée des dessins et photo de Cerise. Bref, je pense que vous aurez compris que j’adoooooooooore cette présentation !

J’avoue que j’avais tout de même un peu peur de me plonger dans la lecture de ce 4ème Tome. Certes, j’ai beaucoup aimé les précédents, mais je commençais à redouter que le schémas soit un peu trop toujours le même. Il est vrai que dernièrement, Cerise avait tendance à se disputer facilement avec sa maman ou ses amies et je commençais à m’en lasser.

Finalement, même si, à nouveau, il y a des petits non-dits avec sa maman, j’ai trouvé que ça passait mieux. Peut-être est-ce parce que cette fois-ci, tout se passe bien avec ses copines. Au moins, il n’y a qu’une seule dispute dans toute la BD. Et puis j’ai apprécié que l’histoire commence par des vacances mère/fille, ce qui prouve qu’elles veulent toutes les deux que leur relation s’améliore. J’ai beaucoup aimé les voir s’amuser ensemble et retrouver une certaine complicité qu’on sentait perdue dernièrement.

La présence d’un personnage masculin de l’âge des filles était assez agréable (d’autant que ce Marvin est plutôt mignon, ce qui ne gâche rien), et voir Cerise fréquenter un autre groupe de jeune, ça change un peu de ses copines habituelles (même si je les aime bien).

Ce 4ème Tome se termine à nouveau sur l’espoir d’en apprendre plus sur le papa de Cerise, malheureusement, ce n’est pas encore cette fois-ci que notre curiosité sera satisfaire à ce niveau. J’espère tout de même que ça sera fait dans le 5ème Tome ! Parce que les aventures de Cerise ont beau me plaire, je reste tout de même frustrée de ne toujours rien savoir sur ce fameux papa disparu (Disparu comment d’abord ?!).

Bref, encore un coup de cœur que je ne peux que conseiller !!!

Ma note : 5/5 (Coup de cœur)