L’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle (Audio)

couv64247715

Pas mon préféré de l’auteur, mais ça reste une lecture (ou plutôt écoute pour ma part) agréable et qui fait réfléchir. Je n’en attendais pas moins et j’ai donc été ravie de ce petit voyage à Bali ! Un roman que je recommande aux amateurs de développement personnel.

Imaginez…
Vous êtes en vacances à Bali et, peu de temps avant votre retour, vous consultez un vieux guérisseur. Sans raison particulière, juste parce que sa grande réputation vous a donné envie de le rencontrer, au cas où…  Son diagnostic est formel : vous êtes en bonne santé, mais vous n’êtes pas heureux.  Porteur d’une sagesse infinie, ce vieil homme semble vous connaître mieux que vous-même. L’éclairage très particulier qu’il apporte à votre vécu va vous entraîner dans l’aventure la plus captivante qui soit : celle de la découverte de soi. Les expériences dans lesquelles il vous conduit vont bouleverser votre vie, en vous donnant les clés d’une existence à la hauteur de vos rêves.  Avec L’homme qui voulait être heureux, c’est tout un monde de possibilités nouvelles qui s’ouvre à nous à la lecture de cette histoire passionnante, où l’on découvre comment se libérer de ce qui nous empêche d’être vraiment heureux.

Ma lecture de ce livre a plutôt mal commencé… En effet, je n’avais pas prêté attention au fait que les lectures audio sur mon gsm étaient en mode « Aléatoire ». De ce fait, je sautais d’un chapitre à l’autre, sans respecter l’ordre. Et le pire, c’est que je ne m’en suis pas rendu compte rapidement ! Du coup, je ne comprenais rien ! J’avais l’impression de passer du cocq à l’âne sans transition.

Finalement, lorsque je m’en suis aperçue, deux possibilités s’offraient à moi :
– Passer à autre chose
– Réécouter l’entièreté du livre, dans le bon ordre

J’ai choisi la seconde option et je ne le regrette pas. Ce fût une assez bonne lecture, même si j’ai sauté certains passages dont je me souvenais encore parfaitement.

J’avoue que les paroles de ce vieux sage font réfléchir ! Grace à lui, je me suis remise en questions sur certaines de mes réactions face à la plus grande de mes filles. Je ne me rendais pas compte que ma façon de parler pouvait l’affecter et jouer sur son évolution personnelle. Cette lecture (ou plutôt cette écoute), m’a ouvert les yeux.

Encore une fois, c’est un livre que je n’aurais (je pense), pas pris plaisir à lire. Par contre, j’en ai gagné tous les bénéfices en l’écoutant. J’aime marcher le matin en écoutant un roman qui me fait réfléchir. Et une fois de plus, Laurent Gounelle a réussi à rendre mes trajets à pieds utiles et agréables !

Ce n’est pas mon préféré de l’auteur, mais « L’homme qui voulait être heureux » gagne quand-même à être découvert et je ne peux que le conseiller aux amateurs de lectures qui bousculent au niveau développement personnel !

Ma note : 3,5/5 (Bien)

Advertisements

Le philosophe qui n’était pas sage de Laurent Gounelle (Audio)

couv67881894

Un roman qui m’a passionnée et je ne m’y attendais vraiment pas. Le sujet de fond est vraiment très intéressant et il pousse à la réfléxion sur notre société actuelle. J’ai oscillé entre dégoût, énervement et émerveillement. Un roman à mettre entre toutes les mains !

Deux destins qui s’affrontent, deux conceptions de la vie que tout oppose. La forêt tropicale semblait retenir son souffle dans la chaleur moite du crépuscule. Assise devant l’entrée de sa hutte, Élianta tourna les yeux vers Sandro qui s avançait. Pourquoi ce mystérieux étranger, que l’on disait philosophe, s’acharnait-il à détruire secrètement la paix et la sérénité de sa tribu ? Elle ne reconnaissait plus ses proches, ne comprenait plus leurs réactions… Qu’avaient-ils fait pour mériter ça ? D’heure en heure, Élianta sentait monter en elle sa détermination à protéger son peuple. Jamais elle ne laisserait cet homme jouer avec le bonheur des siens. Un roman captivant, plein d’humour, de sens et de suspense. Une histoire surprenante qui cache une subtile remise en cause de notre société.

Au départ, le résumé ne me tentait pas plus que ça, mais je sais qu’en général, j’apprécie toujours d’écouter un roman de Laurent Gounelle. Il y a toujours, derrière l’histoire, de quoi offrir réflexion et j’adore ça. Encore une fois, je n’ai pas été déçue par les leçons données en douce par l’auteur.

Sandro est un homme brisé qui cherche vengeance. Il part donc au coeur de la forêt tropicale, là où se trouve la cause de son mal-être. Là où vit un peuple tranquille et heureux. Pour y parvenir, il paie une équipe de guides dont le chef Cracus comprend tout de suite à qui il a affaire et le bénéfice qu’il pourrait en tirer.

Elianta (dont on parle dans le résumé) est une jeune femme qui vit avec sa tribu au coeur de cette fameuse forêt tropicale. Petit à petit, elle va voir l’influence de Cracus et des siens sur son peuple et elle va vite comprendre que ce que leur apporte ces étrangers n’est pas quelque chose de positif, bien au contraire. Elle est la seule à ne jamais vraiment se laisser influencer, à remettre en questions tous les dires de Cracus.

Honnêtement, je ne m’attendais pas à ça du tout !!! Au plus j’avançais dans le récit et au plus je me rendais compte de ce qui se passait et au plus je faisais le rapprochement avec notre société. Et au plus je me disais « Oh non, c’est pas possible, laissez-les tranquille, ils ont compris le vrai sens de la vie, ils sont vraiment heureux ! ». Et j’ai assisté impuissante à la création d’une société comme la nôtre, où les biens matériaux et l’individualité remplacent les biens sociaux et les échangent. Une société dans laquelle il est difficile de faire marche-arrière…

Franchement, j’ai presque été choquée de voir s’opérer ces changements. Ca se fait petit à petit, de façon quasi invisible. Et quand on s’en rend compte, il est très compliqué de faire demi-tour.

Et la révélation finale… Arf ! Je ne vais pas dire que je ne l’ai pas vue venir mais j’en ai tout de même été surprise et énervée. Certains personnages (un en particulier) sont détestables au possible et apprendre ce que j’ai appris n’a fait que renforcer ma haine pour eux.

Petit clin d’oeil à François Hatt, qui lit le livre en audiolib. Franchement, chapeau à lui, il a réussi à prendre des voix différentes pour chaque personnage, se les appropriant avec brio. J’ai beaucoup apprécié l’écouter !

Bref, un roman à mettre entre le plus de mains possible !

Ma note : 4,5/5 (Excellent)

Le jour où j’ai appris à vivre de Laurent Gounelle (Audio)

le-jour-ou-j-ai-appris-a-vivre

Mon premier de l’auteur et sans doute pas le dernier. J’apprécie beaucoup ce genre de roman où l’histoire fait réfléchir sur le sens de la vie. « Le jour où j’ai appris à vivre » m’a aidé dans mon envie de me remettre en question, il a changé ma façon d’aborder certaines choses. La tante Margie est un personnage que j’aurais aimé de connaître et Jonathan est sympathique à suivre. Bref, une lecture à découvrir sans hésiter !

Et si tout commençait aujourd’hui ?

Imaginez : vous vous baladez sur les quais de San Francisco un dimanche, quand soudain une bohémienne vous saisit la main pour y lire votre avenir. Amusé, vous vous laissez faire, mais dans l’instant son regard se fige, elle devient livide. Ce qu’elle va finalement vous dire… vous auriez préféré ne pas l’entendre. À partir de là, rien ne sera plus comme avant, et il vous sera impossible de rester sur les rails de la routine habituelle.

C’est ce qui va arriver à Jonathan dans ce nouveau roman de Laurent Gounelle. À la suite de cette rencontre troublante, il va se retrouver embarqué dans une aventure de découverte de soi ponctuée d’expériences qui vont changer radicalement sa vision de sa vie, de la vie. Ce roman, dont l’intrigue est basée sur des expériences scientifiques réelles, éclaire d’une lumière nouvelle notre existence et nos relations aux autres, et apporte un souffle d’air pur dans notre vie.

En ce moment, je suis très lecture Audio (en plus de mes lectures papier/liseuse, pas en remplacement) et je ne sais pas pourquoi, mais lors de mon trajet à pied vers le boulot, j’aime écouter des histoires qui font réfléchir. Je traverse une période de remise en question et j’imagine que ça m’aide à aborder les choses autrement.

Je ne sais plus comment j’ai entendu parler de l’auteur mais toujours est-il que j’ai compris que concernant la philosophie et la réflexion, c’était une référence. Niveau résumé, c’est celui-ci qui me tentait le plus pour l’instant et c’est comme ça que cet Audiolib s’est retrouvé dans ma piste de lecture.

Bon, à la base, l’histoire n’est pas super intrigante. Jonathan (notre personnage central) croise une diseuse de bonne aventure qui, sans lui demander son avis, se met à lui lire les lignes de la main et à lui faire une prédiction qui va le changer à jamais. A partir de là, Jonathan file discuter avec sa tante (Une personne très Sage) qui va lui faire découvrir la vie autrement. Et donc notre héro fait des expériences de plus en plus profonde. Et il m’a donné envie d’en faire moi aussi. Oh des bêtes trucs, mais j’ai envie de changer un peu ma façon d’être avec moi-même et avec les autres.

Je ne sais pas l’expliquer, mais écouter ce genre d’histoire me plonge vraiment dans la réflexion, le message passe bien et ça me donne envie de tenter certaines expériences (sourire plus aux autres, dire bonjour aux gens dans la rue, etc…).

Ce que j’ai apprécié dans ce récit, c’est qu’on ne suit pas uniquement Jonathan. Il y a des personnages qui gravitent autour de lui et pour qui il se passe aussi des choses. J’ai notamment beaucoup apprécié l’évolution de Gary, il me faisait rire celui-là. La tante Marggie reste ma favorite de part les pensées qu’elle apporte.

En bref, une histoire que j’ai beaucoup aimé d’écouter et que je ne peux que conseiller à celles et ceux qui, comme moi, on envie de mieux vivre leur vie, que ce soit avec eux-même ou avec les autres.

Ma note : 4/5 (Très bien)

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaëlle Giordano (Audio)

ta-deuxieme-vie-commence-quand-tu-comprends-que-tu-nen-as-quune

Quel bonheur que cette lecture ! J’ai pris beaucoup de plaisir à l’écouter en Audiolib chaque matin avant de me rendre au boulot. Ce livre, c’est une révélation. J’ai adoré le mélange roman-développement personnel. J’ai appris beaucoup de choses en suivant Camille sur le chemin vers une nouvelle vie et je ne peux qu’en remercier l’auteure !!!

Tout à la fois roman et livre de développement personnel, suivez Camille sur le chemin de la vie de ses rêves. Débordée par son travail, son couple et son rôle de mère, la trentenaire a perdu sa joie de vivre, mais une rencontre va tout changer… Dans la lignée des livres de Laurent Gounelle, un parcours initiatique touchant, mais aussi un inspirant coaching riche en techniques créatives. Comme Camille, apprenez à enchanter votre vie !

En ce moment, je suis à la recherche d’un moyen de mieux vivre ma vie, d’en profiter plus. Et c’est un peu par hasard que je suis tombée sur ce roman. Je l’ai également au format numérique, mais j’ai eu envie de revivre l’expérience du livre audio. De plus, je me suis dit qu’une histoire comme celle-là serait sans doute agréable à écouter.

Et j’avais raison !!! J’ai adoré cette écoute ! J’ai accroché dès les premières lignes ! L’histoire de Camille est juste magnifique ! Souvent, je me suis surprise à sourire bêtement sur la route vers le boulot. Il me mettait même carrément de bonne humeur.

A la base, même s’ils peuvent être intéressants, je ne suis pas fan des livres de développement personnel, je les trouve trop techniques, trop dans la théorie, pas spécialement agréable à lire. Raphaëlle Giordano a eu l’excellente idée de mettre tout ça sous forme de roman, d’une histoire agréable à suivre. J’ai trouvé que j’avais appris plus de cette façon qu’en lisant un bête livre sur le « mieux vivre ».

Camille est ce qu’on peut appeler une « Madame tout le monde » (elle a une vie normale, entre le boulot, son mari et son fils, elle vivote et perd petit à petit sa joie de vivre), ce qui fait que je n’ai eu aucun mal à m’identifier à elle. De plus, elle est sympathique et plutôt ouverte d’esprit (cela dit, si elle ne l’avait pas été, elle n’aurait pas recontacté Claude), elle est donc très agréable à côtoyer. Sa rencontre avec Claude est juste magnifique. Et ce qu’il lui fait découvrir fait savoureusement réfléchir.

A chaque étape de son apprentissage, j’apprenais avec elle… Les enseignements de Claude se sont encrés au fond de moi pour m’offrir moult matières à réflexion. Grâce à cette lecture, j’ai mis en place quelques techniques intéressantes, notamment pour la « pensée positive ». Je me sens également plus souriante depuis que j’ai commencé cette lecture.

En bref, une claque qui fait du bien. Je ne peux que conseiller ce roman merveilleux, qu’il fasse du bien au plus de monde possible ! Et en Audiolib, c’est juste le pied : Valérie Muzzi sait parfaitement bien donner vie au personnage de Camille, ce qui rend l’écoute captivante !

Vous l’aurez compris, ce fût un coup de cœur pour moi !

Ma note : 5/5 (Coup de cœur)

Cessez d’être gentil, soyez vrai ! de Thomas d’Ansembourg (Edition illustrée)

cessez-detre-gentil-soyez-vrai-illustre

Un chouette petit bouquin qui pose les règles de bases de la CNV (Communication Non Violente). Cette version illustrée a l’avantage de se lire rapidement et de ne pas être barbante, elle permet d’apprendre deux trois trucs pour mieux communiquer, d’abord avec soi et ensuite avec les autres. J’en conseille vivement la lecture à tous !

Nous avons pris l’habitude de dissimuler ce qui se passe en nous afin d’acheter la reconnaissance, l’intégration ou un confort apparent plutôt que de nous exprimer tels que nous sommes. Nous avons appris à nous couper de nous-même pour être avec les autres. La violence au quotidien s’enclenche par cette coupure : la non-écoute de soi mène tôt ou tard au non-respect de l’autre. Cessez d’être gentil, soyez vrai ! est un seau d’eau lancé pour nous réveiller de notre inconscience. Il y a urgence à être d’avantage conscients de notre manière de penser et d’agir. Le message de Cessez d’être gentil, soyez vrai ! est plus actuel que jamais. Pour rendre son propos encore plus accessible, l’auteur a choisi de revoir son texte et de l’agrémenter d’illustrations humoristiques. Condensée, simplifiée et plus légère, cette nouvelle édition constitue le premier pas capital pour quiconque cherche à se libérer de ses habitudes néfastes et à s’ouvrir aux concepts de la communication non-violente.

Pour être honnête, je n’avais aucune intention de lire ce genre de bouquin. Mon homme en avait entendu parler lors d’une formation pour son boulot et j’ai eu la bonne idée de lui offrir la version non illustrée de « Cessez d’être gentil, soyez vrai » il y a quelques années. Depuis, il le prend pour une bible et n’arrête plus de m’en parler et de me demander de le lire. Franchement, c’est loin d’être mon style de lecture habituelle et je l’envoyait donc toujours balader.

Et puis, il a acheté cette version illustrée et m’a dit que ça serait chouette que je la lise, que ça serait déjà ça. Mouais, je n’étais pas convaincue et donc j’ai continué à en retarder la lecture jusqu’au week-end passé… Nous avons participé à une conférence et, je ne sais pas pourquoi, elle m’a donné envie d’enfin me plonger dans ce petit ouvrage. C’est donc chose faite !

Le gros avantage de cette version illustrée, c’est qu’elle est divertissante et que certaines situations peuvent faire sourire, voir rire. Du coup, on apprend les bases de la CNV sans s’ennuyer et ça, ça fait beaucoup pour moi ! Bon par contre, je n’ai pas l’impression d’avoir appris grand chose puisque mon homme m’en a déjà beaucoup parlé. Mais au moins je l’ai lu et j’ai fait le premier pas ! Me restent encore beaucoup d’autres livres du genre à lire, mais une chose à la fois !

Ma note : 3,5/5 (Bien)

J’ai tout essayé de Isabelle Filliozat

jai-tout-essaye

Quel chouette bouquin ! J’en ai adoré la lecture et j’y ai trouvé deux-trois trucs très sympas pour régler certains problèmes. Il se lit très facilement et très vite et, lorsqu’on a un soucis spécifique, il est facile de l’y retrouver rapidement afin d’y puiser l’inspiration. Une bible pour moi !

Opposition, pleurs et crise de rage : traverser sans dommage la période de 1 à 5 ans. Les parents ont tendance à interpréter les comportements excessifs ou énervants des enfants comme des manifestations d’opposition, de mauvaise volonté, d’insolence. D’autres se culpabilisent et cherchent le traumatisme. Et s’il y avait d’autres causes ? Les récentes découvertes de la neurophysiologie et de la psychologie expérimentale éclairent d’un jour nouveau ces comportements exaspérants. Dans cet ouvrage : Des dessins qui parlent à tous, des éclairages scientifiques pour mieux comprendre et des directions nouvelles pour agir concrètement selon son âge.

Les bouquins de ce genre peuvent parfois être difficiles à lire car trop encré « psychanalyse » et vocabulaire spécifique. « J’ai tout essayé » est loin de ça. Déjà, la participation artistique d’Anouk Dubois aide à mettre en image les situations décrites, ce qui rend le tout plus facile à comprendre (et en même temps, ça peut parfois faire rire, c’est pas négligeable).

Ensuite, en tant qu’adulte, on se reconnaît dans toutes les situations au moins à un moment donné de notre vie de parent, et ça rassure de voir que tout les enfants passent par ces phases dont nous parle l’auteure. J’ai apprécié de pouvoir trouver des trucs sympas pour régler les conflits et éviter certaines crises. J’ai testé quelques astuces sur ma fille de 3 ans et ça c’est révélé être concluant.

Ce livre est devenu une bible pour moi ! Il est tellement facile à lire qu’on peut y retourner n’importe quand et retrouver n’importe quel passage très facilement. C’est génial de ce dire qu’en cas de problème, il suffit de le ressortir, de retourner au passage qui en parle et d’y puiser l’inspiration pour que tout le monde en ressorte content. C’est du stress en moins, il n’y a pas à dire !

Bref, une pépite que je conseille à tous les parents qui, comme moi, avaient déjà tout essayé !

Ma note : 4,5/5 (Excellent)

Vivre la pensée Montessori à la maison d’Emmanuelle Opezzo

vivre-la-pensee-montessori-a-la-maison

Un livre simple et facile à lire pour découvrir la pensée Montessori et apprendre à la mettre en pratique à la maison. J’y ai appris des choses intéressantes notamment sur l’encouragement à l’autonomie dès le plus jeune âge. Bref, je suis convaincue par ce genre d’éducation bienveillante !

De nombreux parents sont curieux de découvrir la pédagogie Montessori et ont des questionnements sur leur rôle dans l’éducation de leurs enfants. Quelles sont les limites à poser, le type d’activités à faire à la maison ou en dehors, les jeux à proposer, comment stimuler sans sur-stimuler ? Toujours avec la volonté de bien faire ou mieux faire… Dans cet ouvrage, Emmanuelle Opezzo propose de découvrir la pensée Montessori de façon décomplexée, hors de toutes institutions académiques. Car oui, il est possible de vivre selon ces principes chez soi, avec les moyens du bord, si tant est que l’on suit certains principes. En plus de revenir sur les principes qui sous tendent la pensée Montessori, elle propose des outils et des exemples précis pour permettre aux parents d’ajuster leur autorité dans la bienveillance et le respect du développement de leur enfant.

Je n’avais jamais entendu parler de la pensée Montessori avant de tomber par hasard sur ce livre dans un magasin. Je l’ai feuilleté et je me suis dit « Pourquoi pas, ça m’a l’air d’être le genre d’éducation que je veux pour mes enfants ! » Je l’ai donc acheté et pour l’instant, je n’ai qu’un seul regret : Ne pas me l’être procuré lorsque j’étais enceinte de ma première.

Après lecture, je me rends compte qu’il y a pas mal de chose que j’ai loupé avec ma grande et j’en suis déçue. C’était ma première et je l’ai sans doute trop couvée. De ce fait, je suis loin d’avoir fait les gestes qu’il fallait pour encourager son autonomie. Résultat, elle a 3 ans et c’est moi qui doit tout faire pour elle (la déshabiller, l’habiller, lui mettre son manteau, etc…). Elle sait faire certaines choses seule, mais elle me demande toujours de le faire moi. Je n’arrive pas à refuser…

Heureusement, il n’est jamais trop tard pour changer le coche et ce livre m’a offert les outils nécessaires afin de la pousser gentiment à prendre les choses en main d’elle-même. En fait, deux trois petites choses ont déjà changé depuis que j’en ai commencé la lecture : Elle nous aide à essuyer la vaisselle, elle la range, elle fait ses tartines elle-même et s’occupe également de se chausser. Pour l’habillement, c’est en cours d’évolution aussi je crois.

Il est vrai que je ne suis pas d’accord avec TOUT ce qui est écrit dans ce bouquin… Notamment le fait de laisser l’enfant dormir sur un matelas déposé sur le sol et ce, dès le début (tout bébé). Je comprends que le lit à barreau soit réducteur et perçu comme une prison, mais en même temps, le lit c’est pour dormir. Ok, du coup l’enfant ne peut pas choisir de se lever s’il ne veut pas dormir… mais non, je ne me sens pas prête à faire ce genre d’aménagement. C’est égoïste peut-être, mais je ne me sentirai pas tranquille !

Pour le reste, je suis contente de pouvoir tester toutes ces choses sur ma petite de 3 mois… Pour la plus grande, il y a des changements à faire, mais pour la petite, il y a tout à créer… Je suis curieuse de voir ce que ça va donner car elle est déjà très attentive. Mettre en pratique la pensée Montessori, ça permet aussi de partager et de passer des moments ensemble, même pendant qu’on effectue des corvées ménagères et ça, c’est chouette ! Je n’aurais jamais pensé demander à la grande d’essuyer la vaisselle et encore moins que ça pourrait lui plaire !

Bref, un livre facile à lire et pas compliqué à mettre en pratique non plus ! Je le conseille vivement à tous les parents qui souhaitent encourager l’autonomie de leurs enfants et qui ne savent pas comment s’y prendre (c’était mon cas).

Ma note : 4/5 (Très bien)

 

Parents épanouis, enfants épanouis : Votre guide pour une famille plus heureuse de Adèle Faber et Elaine Mazlish

parents-epanouis-enfants-epanouis

Une source d’idées pour communiquer avec les enfants de façon à appliquer « L’éducation bienveillante ». Je l’ai trouvé facile à lire et je dois avouer que cette lecture m’aide au quotidien dans ma relation avec ma fille de 3 ans. J’suis loin d’être une pro avec ce genre de communication, mais je m’améliore chaque jour ! Un ouvrage que je conseille à tous les parents !

Créatrices de groupes de formation destinés aux parents, A. Faber et E. Mazlish racontent comment les principes énoncés par le fameux psychologue Haïm Ginott ont inspiré leurs propres façons de communiquer avec les enfants. Elles livrent ici leur propre expérience et celle de nombreux autres parents. Leur témoignage est à la fois touchant et convaincant. L’approche qu’elles présentent permet aux parents autant qu’aux enfants de donner le meilleur d’eux-mêmes.

J’avais déjà beaucoup apprécié « Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent » (des mêmes auteures), et je trouve que celui-ci est un assez bon complément. Je dirais tout de même qu’il ne faut pas lire « Parents épanouis, enfants épanouis » en premier car on n’y trouve pas vraiment d’explications quant aux différentes habiletés qui sont évoquées.

Dans cet ouvrage-ci, on découvre le témoignage de plusieurs mères qui racontent comment elles ont réussi à gérer certaines situations difficiles grâce aux différentes habiletés apprises dans l’autre livre. Et ce que j’ai trouvé chouette, c’est de voir que ça n’est pas facile, pour aucune d’entre elle ça n’est inné. Nous avons tous nos habitudes et il n’est pas simple de les oublier du jour au lendemain. Même si on est de bonne intention, la colère peut prendre le dessus et nous faire nous assoir sur tout ces jolis principes d’éducation bienveillante !

J’avoue que depuis que j’ai lu le premier livre, je fais des efforts, j’essaie sans cesse de nouvelles technique afin d’amener ma fille à obéir sans la punir… mais souvent, je capitule : je la menace et fini par lui confisquer quelque chose… au pire du pire, elle va au coin. Je fais pourtant de mon mieux. Et je dois dire que dans certains cas, les habiletés dont parlent les auteures peuvent vraiment fonctionner. Le problème avec les enfants, c’est que ce n’est pas parce qu’une technique a porté ses fruits une fois que ça sera le cas la fois suivante !

Aussi, je me décourage facilement… et dans des cas comme ça, je me dit « Ouais, c’est bien beau ce qu’elles disent ces deux-là, mais ça ne fonctionne que chez les autres ! Au diable leurs foutus livres ! ». Et puis, de lire que toutes les autres mamans connaissent des échecs dans leurs tentatives, ça me remonte le moral. D’autant qu’au final, avec de la persévérance, elles sont arrivées à leur fin. J’imagine donc que moi aussi, je peux m’améliorer et finir par obtenir de bons résultats. Après tout, avec les jeunes enfants, il faut sans cesse se répéter…

Ma fille est encore jeune, je pense que c’est maintenant qu’il est bon d’enclencher le changement afin que ce genre de communication non violente soit un réflexe pour elle (et j’ai espoir que pour moi aussi, ça viendra naturellement avec la pratique).

En bref, je conseille vivement cet ouvrage à tous les parents sans exception !

Ma note : 4/5 (Très bien)

Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent de Adèle Faber et Elaine Mazlish

parler-pour-que-les-enfants-ecoutent-ecouter-pour-que-les-enfants-parlent_

Ce bouquin est une petite pépite pour les parents qui souhaitent utiliser la communication non violente avec leurs enfants. Évidemment, ça n’est pas facile de tout mettre en pratique du jour au lendemain, mais je suis persuadée qu’à force d’essayer, ça va porter ses fruits ! A lire sans hésiter !

Ce best-seller propose des habiletés efficaces pour mieux communiquer avec les enfants tout en soutenant les adultes dans cette démarche. L’approche réaliste et respectueuse d’Adele Faber et d’Elaine Mazlish est accueillie avec enthousiasme par les parents et les professionnels à travers le monde. Grâce à cette méthode, les adultes vivent moins de stress et leurs relations avec des enfants de tout âge sont plus valorisantes. Leurs méthodes de communication, illustrées par de sympathiques bandes dessinées, offrent des façons innovantes de régler les problèmes courants.
En découvrant ce livre, vous apprendrez à :
* Accueillir les sentiments négatifs (frustration, déception, colère, etc.) de l’enfant.
* Exprimer votre colère sans le blesser.
* Susciter le désir de coopérer chez l’enfant.
* Mettre des limites fermes tout en maintenant un climat d’ouverture.
* Utiliser des alternatives à la punition.
* Résoudre les conflits familiaux dans une atmosphère de calme.

Ce livre, je l’ai découvert lors d’une formation que je suivais dans le cadre de mon emploi. Je pense que le sujet était un truc du genre « Apprendre à gérer l’agressivité ». Une des participantes a eu la merveilleuse idée de venir avec ce bouquin dans son sac. Pendant la pause, elle n’a pas hésité à en parler et j’en ai donc pris les références avant de rapidement me le procurer.

Maman de deux Petites Elfes adorables (3 ans et 2 mois), j’ai à cœur de pouvoir les comprendre et me faire comprendre sans en arriver toujours à monter le ton (J’ai tendance à vite m’énerver, hélas).

3 ans, l’âge du « Non », l’âge où on teste les limites… Le moment idéal pour que moi, maman, je teste une nouvelle façon de communiquer. Et oui, car il faut avouer qu’en ce moment, ça n’est pas facile avec la plus grande. L’arrivée de la petite lui a fait comprendre qu’elle n’est plus l’unique centre d’attention et j’imagine que ça ne doit pas être marrant pour elle. Elle nous le fait d’ailleurs ressentir au quotidien.

Ce livre est donc, selon moi, un outil indispensable pour apprendre la communication non violente avec les enfants. Ils est rempli de conseils et d’exemples. Des parents y témoignent de leurs expériences et, franchement, j’en ai trouvé la lecture fort intéressante. J’ai moi-même déjà essayé deux ou trois choses qui se sont avérées plus ou moins concluantes.

Il est vrai que depuis toujours, on communique de la même façon et il n’est donc pas évident d’avoir le réflexe de changer sa façon d’interagir avec les autres. Ça ne se fait pas du jour au lendemain, je pense qu’il faut du temps, de la pratique et de la persévérance pour que ça porte ses fruits. Mais les résultats que j’ai déjà pu observer me donnent l’espoir qu’un jour, ça sera automatique, autant pour moi que pour mes filles.

Le gros point positif en plus, c’est que mon conjoint a également lu cet ouvrage (C’est d’ailleurs lui qui m’a encouragée à le lire moi aussi, trop plongée que j’étais dans mes fictions pour me décider à tourner les pages de cette pépite) et nous avons donc tous les deux la même vision des choses et le même désir d’évoluer dans notre façon de communiquer, autant entre nous qu’avec les enfants.

En bref, une lecture que je conseille vivement à tous les parents !

Ma note : 4,5/5 (Excellent)