Cinquante nuance de Grey Tome 1 de E.L. James (Audio)

964849cinquantenuancesdegreytome1audio

C’est plus par curiosité que par envie que je me suis ENFIN plongée dans cette saga trop médiatisée à mon goût (en audio). J’avoue, ça ne m’intéressait pas et, en l’ayant lu, j’ai l’impression d’avoir accompli ma petite corvée. Ana est tellement chiante que je n’ai pas réussi à l’apprécier. Quant à Christian, trop adulé pour être intéressant !

Lorsqu’Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe le richissime jeune chef d’entreprise Christian Grey, elle le trouve très séduisant mais profondément intimidant. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier – jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille et l’invite à un rendez-vous en tête-à-tête. Naïve et innocente, Ana ne se reconnait pas dans son désir pour cet homme. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble. Mais Grey est tourmenté par des démons intérieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets…

A la base, quand ce premier Tome est sorti, je ne me suis pas du tout sentie intéressée. Déjà, l’histoire ne m’attirait pas plus que ça et puis la médiatisation faite autour de ces « Cinquante nuances de Grey » m’a complètement refroidie. Lorsque le premier film est sorti au cinéma, j’ai fait pareil que pour le bouquin : je l’ai ignoré. Je me suis toujours dit qu’il faudrait que je le lise un jour, juste pour voir pourquoi ça fait autant de bruit, mais je n’en n’ai jamais eu le courage.

Et puis récemment, j’ai eu l’occasion de télécharger gratuitement un livre audio, pour tester et, après quelques hésitations, j’ai fini par prendre celui-ci en me disant qu’il serait moins pénible de l’écouter que de le lire.

Je n’en suis plus aussi certaine…

Séverine Cayron (qui lit le livre) a su tellement bien s’imprégner du personnage, qu’Ana (déjà agaçante à la lecture, paraît-il) en devient carrément insupportable ! Elle est toujours en train de se dénigrer « Comment un homme comme lui peut-il s’intéresser à une femme comme moi ? », de jurer « Bordel de merde, je n’ai quand-même pas dit ça tout haut ?! » ou de parler de sa déesse intérieure et de sa conscience… Et lorsqu’elle est en présence de Christian, c’est encore pire. Elle devient une jeune adolescente puérile (j’avais envie de la baffer à chaque fois qu’elle parlait de « Ms Robinson ») et naïve. Bref, un personnage que j’ai trouvé plutôt difficile à supporter (j’ai d’ailleurs rarement été autant énervée par une « héroïne ») !

Christian quant à lui est tellement adulé par Ana « Rho, qu’est-ce qu’il est beau », « Je ne me lasse pas de le regarder », « Il est parfait », etc… que je n’ai pas réussi à l’apprécié non plus. Je l’ai détesté moins qu’Ana, c’est clair, mais je n’ai tout de même pas pu accrocher au personnage.

En plus des personnages qui ne sont pas attachants, je n’ai pas trouvé l’histoire très passionnante ! Ça me semble un peu classique l’homme d’affaire riche et « beau comme un Dieu » qui se tape une petite jeune sans expérience. Et cette histoire de contrat m’a franchement gavée… J’ai bien cru qu’Ana n’en finirait jamais la lecture, c’était trop long. Et le pire, c’est qu’elle en relit quelques pages plus tard… C’est bon, on a compris, pas besoin de répéter !!!

Ha oui et leurs échanges d’e-mail… Non mais attendez, c’est vraiment un homme d’affaire le Christian ou quoi ?! Il n’a rien d’autre à faire que d’envoyer des mails à Ana pour lui dire des conneries du genre « Arrêtez de m’écrire et allez vous documenter sur mon contrat. » Et l’autre cruche qui répond « Mais c’est vous qui m’embêtez avec vos mails »… Rho, au secours !

Bref, je ne vous dit pas le nombre de fois où j’ai levé les yeux aux ciel !!! Et, puisque j’écoutais la lecture de ce livre le matin en marchant de la gare à mon boulot (environ 20 min) et que j’étais souvent très agacée par les réactions d’Ana, je ne cessais de dire tout haut « Mais quelle bécasse, qu’est-ce que t’es conne ! »… Les gens qui me croisaient ont du se demander quoi…

Avec le recul, je suis contente de ne pas l’avoir lu mais de l’avoir écouté, je pense que si j’avais dût le lire, je n’aurais pas tenu le coup et j’aurais abandonné ! Je ne lirais certainement pas les suites… En audio, c’est à voir. Mais pas tout de suite en tout cas !

Ma note : 0/5 (Nul)

Advertisements