Les Els de H. Roy

couv27902614

Une histoire sympa, des personnages qu’on aime ou qu’on déteste, de l’action et un peu de suspense. Tout ce qu’il faut pour passer un bon petit moment. Ce roman m’a divertie mais sans plus. Je le conseille quand on ne sait pas trop quoi lire, histoire de passer un agréable moment sans se prendre la tête.

« Je cours. Plus vite que jamais. Mes pulsations cardiaques sont des percussions frénétiques qui rythment ma cavalcade. L’air me brûle les narines, m’enflamme la gorge. J’ai froid, j’ai peur, j’ignore où je vais. Fuir, c’est tout ce qui m’importe. »

Connor a 18 ans, elle vit avec son père à Eden Lake, une petite ville des Adirondacks et, en dehors du fait que son meilleur ami a subitement pris ses distances, elle mène une existence plutôt tranquille.

Le jour où sa tante débarque, les choses se compliquent. Car les cauchemars qui assaillent Connor depuis quelque temps pourraient bien devenir réalité…

Ce livre, si je l’ai ajouté dans ma PAL, c’est suite aux conseils d’une collègue qui l’avait lu et l’avait bien apprécié. Au début, j’étais assez réticente, pensant qu’il s’agissait d’un 1er Tome et puis, finalement, quand j’ai vu qu’il n’y avait que celui-ci (pour l’instant, sans savoir si un 2ème ne se rajoutera pas plus tard), je me suis laissée tenter.

Globalement, je n’ai pas été déçue par ma lecture. J’ai bien apprécié l’univers mis en place par l’auteur, même si c’est le genre d’intrigue qu’on retrouve facilement dans ce type de roman. Le principal étant qu’il y a suffisamment d’action et de suspense pour qu’on ne s’ennuie pas.

Connor est une jeune fille plutôt attachante (selon moi, car j’ai lu pas mal d’avis contraires) et je me suis vite prise d’amitié pour elle. Niveau personnage, j’ai également beaucoup aimé Juliette qui m’a semblé être une amie parfaite. Et en plus, elle est marrante, on ne s’ennuie pas avec elle.

Pour ce qui est des gars de l’histoire, M. ne m’a pas plu du tout. Au départ froid et distant, il se retrouve vite à courir après Connor, dans le genre pot de colle insupportable. Faut savoir ce qu’il veut ! Je déteste ce genre de personnage, ça me tape sur le système. Evan quant à lui est beaucoup plus réaliste. Le mec parfait en sommes. Je ne dirais pas qu’il m’a fait craquer mais je ne suis pas restée indifférente bien longtemps (Je dis ça parce qu’au début, il ne me faisait ni chaud, ni froid, mais ça a changé plutôt rapidement).

Concernant l’histoire en elle même, elle est pas mal, mais elle ne casse pas trois pattes à un canard. Je ne me suis pas ennuyée mais je n’ai pas non plus été super intriguée. Et je dois même avouer avoir été plutôt déçue par la fin (ça doit faire une semaine que j’ai fini le bouquin quand j’écris ces lignes et… j’ai déjà oublié comment ça fini en fait… seule me reste la déception ressentie pendant ma fin de lecture).

Donc voilà, pour passer le temps, c’est pas mal du tout, c’est même assez divertissant mais, à mon avis, il ne faut pas en attendre plus.

Ma note : 3/5 (Pas mal)

Advertisements

Calendar girl Tome 7 – Juillet de Audrey Carlan

couv69536350

Un 7ème Tome pas très différent des précédents (hélas). Mia fond pour son client mais elle reste un peu (trop peu à mon goût) marquée par ce qu’elle a vécu en Juin. L’histoire évolue un peu, mais puisque la trame de fond reste la même, je continue à être déçue… J’apprécie de moins en moins l’héroïne, elle me tape sur le système.

Direction Miami, où Mia est engagée pour jouer dans le clip d’un artiste de hip-hop ultra-populaire. Il l’a choisie pour sa beauté incroyable et parce que sa popularité a une valeur inestimable.

Anton Santiago, ou plutôt Latin Lov-ah de son nom de scène, a la beauté du diable, un corps de rêve, danse comme un dieu et met toutes les femmes dans son lit.

Il est joueur, brute, et Mia ne rêve que de s’allonger dans son lit. Il l’attire énormément et elle pense aussi que tomber dans ses bras lui changera les idées.

Elle a été engagée pour jouer les séductrices mais, au bout du compte, c’est elle qui est tombée sous le charme du latin lover.

Je pense que vous l’aurez compris, j’ai envie de savoir comment cette histoire va se finir, mais je trouve que ça tourne un peu toujours en rond. Et, à lire le résumé de ce 7ème volet, je n’ai pas eu l’impression que celui-ci allait être différent des autres.

Et oui, encore une fois, Mia est tombée sous le charme de son client (et on le sait en lisant le résumé)… dès la première seconde ! Il ne lui faut décidémment pas longtemps pour se mettre à baver et ça m’énerve !!! Au plus on passe du temps avec elle et au plus on se dit qu’en fait, elle n’a pas vraiment de genre de mec, tant que c’est un mec, ça suffit pour qu’elle tombe en pamoison. Ca devient pathétique à la longue de la voir s’extasier dès la première rencontre.

Bref, dans ce 7ème Tome, on sent toutefois que quelque chose à changé. Même si elle fond pour son client, elle garde des réserves (ce qu’elle ne fait absolument pas d’habitude). D’office, vu ce qu’elle a vécu dans le Tome précédent, on comprend qu’elle ne soit plus aussi frivole. Quoi qu’encore une fois, je ne trouve pas tout ça très réel. Les vraies femmes qui vivent ce genre de choses en restent beaucoup plus marquées me semble-t’il.

Et puis à nouveau, on se croirait dans le monde des bisounours ! Anton craque pour Mia mais il ne tente rien et respecte très facilement les réserves de la jeune femme. Vu comment elle l’allume, j’en reste étonnée. Oh et puis… encore un meilleur ami dans la poche ! Comme tous ses autres clients au final. Les bisounours, j’vous dit ! Dans un milieu pareil, moi ça me fait bizarre…

Enfin bon, vous l’aurez compris, je lirai jusqu’au bout mais j’espère vraiment que ça en vaut la peine car au plus j’avance et au moins je la supporte Mia !

Ma note : 3/5 (Pas mal)

 

Fais-le pour maman de François-Xavier Dillard

couv30087641

Un résumé intriguant, des chapitres assez courts, une histoire captivante et des personnages intéressants. J’ai bien apprécié ma lecture mais le final me laisse dubitative, je n’arrive pas à me fixer sur ce qu’il m’a fait ressentir. C’est assez étrange et plutôt dérangeant de ne pas savoir si j’ai aimé ou non cette fin !

Au début des années 70, Sébastien, 7 ans, vit seul avec sa mère et sa sœur adolescente, Valérie. Leur mère arrive tant bien que mal à joindre les deux bouts, malgré ses deux emplois qui lui prennent tout son temps et toute son énergie. Une dispute de trop avec sa fille qui dégénère, et c’est le drame familial. Valérie survivra à ses blessures mais la police ne croit pas à la version de la mère accusant son petit garçon d’avoir blessé sa soeur. La mère prendra 5 ans de prison. Des années plus tard, et grâce à ses parents adoptifs, Sébastien mène une vie « normale », alors que sa sœur vit dans un institut spécialisé et que sa mère n’est jamais reparue après sa sortie de prison. Sébastien est devenu un père et un médecin exemplaires. Jusqu’à de mystérieux décès d’enfants parmi ses patients et avec eux, le retour funeste des voix du passé…

Je dois avouer que je reste un peu mitigée par rapport à cette lecture (surtout par rapport la fin en fait). Ca fait un moment que j’ai ce livre dans ma PAL et qu’il me tente énormément, mais je ne m’étais jamais décidée avant maintenant. Et puis la semaine dernière, ma collègue (avec qui je partage ma passion pour la lecture) m’a demandé si j’avais déjà lu ce thriller. Du coup, ça me l’a remis en tête et j’ai eu envie de m’y plonger.

J’ai tout de suite accroché à la façon d’écrire de l’auteur. Je ne saurais pas l’expliquer mais franchement, j’aime beaucoup sa plume ! Et les chapitres assez courts permettent également de donner un rythme non négligeable à l’histoire. Bref, j’adhère !

Au niveau des personnages, j’ai plutôt bien apprécié Sébastien, même si je me suis souvent posé des questions à son sujet. Pas toujours facile à cerner. Il faut dire aussi qu’un passé comme le siens peur provoquer certains traumatismes et on ne peut jamais anticiper ses réactions. J’ai beaucoup aimé sa relation avec ses filles, même si j’ai regretté qu’il ne partage pas plus de moments avec elles, son travail lui prenant beaucoup de temps et d’énergie. Léa est une enfant que j’ai trouvée adorable… et plutôt mûre pour son âge. On n’a pas vraiment l’occasion de faire connaissance avec Juliette, mais pour ce que j’en ai ressenti, le lien entre les deux soeurs est assez fort, je trouve ça mignon et touchant.

Claire est une jeune femme que j’ai eu un peu de mal à apprécier (bon, je ne l’ai pas détestée non plus mais disons que je n’ai pas réussi à lui donner toute ma symathie). Elle aussi a un passé difficile et c’est sans doute ce qui en fait la femme qu’elle est aujourd’hui, pas spécialement sociale mais qui fait des efforts. Bref, son personnage évolue au fil des pages et j’avoue l’avoir préférée à partir du dernier tier de l’histoire.

En parlant de l’histoire… J’ai senti venir la raison des « mystérieux décès » d’enfants à dix kilomètres. En même temps, je n’ai pas l’impression que l’auteur ait voulu nous en cacher la cause. Ce à quoi je ne m’attendais pas, c’est à ce final. Je n’en ai pas été stupéfaite, mais je ne l’ai pas vu arriver. Et je dois avouer que je ne sais pas encore comment je le prends. Suis-je satisfaite de cette fin, frustrée, déçue, triste, contente ? Aucune idée, c’est assez bizarre comment sensation.

Bref, niveau thriller, j’ai connu mieux, mais j’ai tout de même bien apprécié ma lecture. Et vu que j’ai adoré le style de l’auteur, je n’hésiterai pas à me plonger dans « Ne dis rien à papa », que j’ai déjà dans ma PAL et dont le résumé m’intrigue beaucoup !

Ma note : 3/5 (Pas mal)

Mickey Bolitar Tome 2 – A quelques secondes près de Harlan Coben

mickey-bolitar-tome-2-a-quelques-secondes-pres

Un deuxième Tome que j’ai trouvé moins captivant que le précédent. Je ne me suis pas ennuyée mais il manquait un petit quelque chose pour me passionner. Plus de suspense aurait pu faire l’affaire. J’ai un peu l’impression qu’on n’avance pas vraiment dans l’intrigue centrale mais l’auteur sait nous donner envie de poursuivre les aventures de son personnages puisque j’ai hâte de découvrir la suite.

Mickey Bolitar et ses nouveaux amis se retrouvent impliqués dans une effrayante affaire lorsqu’une camarade de classe se fait abattre par balle. Alors qu’ils tentent d’en savoir plus sur l’assassin, un certain « Boucher » se met à les menacer… Tout comme son oncle Myron, Mickey a l’esprit vif. Mais cette fois, il doit garder la tête froide et accepter l’aide de ses amis tout en protégeant ceux qu’il aime… Même s’il ignore contre qui ou quoi exactement.

Je me souviens avoir bien apprécié le premier Tome (lu en 2015 quand-même) et j’ai donc été ravie de l’avoir tiré au sort dans ma book Jaar « Sagas ». Il était temps que je m’y replonge dans les aventures de Mickey Bolitar, d’autant que la fin m’avait laissée impatiente de découvrir la suite (c’est ça d’avoir plein de sagas en cours et plein de bouquins dans sa PAL, j’en oublie toujours).

J’avoue tout de même qu’après autant de temps, j’ai eu du mal à me souvenir de tous les détails de l’histoire. Certains passages font référence à ce qui s’est passé précédemment et franchement, impossible de me souvenir quoi !!! (Et oui, j’ai cette particularité d’oublier très vite mes lectures, d’où la création du blog et des articles). Bon, ce qui est bien, c’est qu’oublier certaines actions du Tome précédent n’empêche pas d’apprécier celui-ci. Les deux Tomes sont bien évidemment liés, mais je pense aussi qu’on peut les lire individuellement.

Bref, passons !

Alors, j’ai toujours autant apprécié Mickey et ses amis, ils ne changent pas vraiment et leur amitié est toujours aussi belle. C’est sympa de les suivre dans leurs aventures même si je n’ai pas vraiment compris pourquoi de jeunes adolescents sont impliqués dans ce genre d’affaire. Il me manque encore pas mal de réponse à mes questions et j’espère vraiment que le 3ème Tome saura y répondre !

A côté de ça, je trouve qu’il manquait de suspense. J’ai eu l’impression de découvrir le Tome précédent alors que pour celui-ci, j’ai eu la sensation de « déjà lu ». J’ai beaucoup apprécié l’intrigue et l’univers mis en place par l’auteur mais je n’ai pas été passionnée. J’aurais espéré accrocher plus et avoir moins ce sentiment de tourner en rond, que l’histoire se répète.

En bref, j’espère que le 3ème et dernier Tome remontera le niveau !

Ma note : 3/5 (Pas mal)

La passe-miroir Tome 1 – Les fiancés de l’hiver de Christelle Dabos

la-passe-miroir-tome-1-les-fiances-de-lhiver

Une chouette aventure de laquelle j’ai toutefois été déçue. Les avis que j’en avais lus étaient tellement enthousiastes que je m’attendais à mieux. Je suis de ce fait plutôt frustrée de ne pas avoir pu accrocher plus que ça. J’ai eu l’impression de lire sans lire, je n’étais pas réellement plongée dans l’univers, je le survolais… J’espère que le 2ème Tome arrivera à me passionner !

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

Ce premier Tome, ça fait un bon moment que je l’ai dans ma PAL et j’avoue, c’est à nouveau le nombre de pages qui me retenait. Et puis, lors de ma récente escapade en bibliothèque, j’ai croisé son chemin dans les rayonnages et il s’est donc rappelé à moi. En plus, on est encore en hiver, c’était donc le moment pour moi de m’y plonger.

Comme dit précédemment, j’en ai lu beaucoup d’avis positifs… Beaucoup d’entre vous en ont d’ailleurs eu un coup de cœur. La barre était donc placée assez haut hélas. Je m’attendais à être happée par l’histoire, à ne plus savoir en décrocher. Et pourtant…

Et bien non, la magie n’a pas opéré chez moi ! Je ne me l’explique toujours pas.

J’ai flashé sur un personnage qu’on ne voit que durant les quelques premières pages (le vieil oncle d’Ophélie) et j’ai donc été déçue qu’il soit si peu présent. J’ai beaucoup apprécié sa façon de parler, il m’a beaucoup fait rire. J’ai également beaucoup aimé voir Ophélie à Anima, gardienne de musée. J’ai trouvé ses dons passionnants. En bref, ça avait bien commencé.

Et puis, notre petite héroïne a dû partir et c’est là qu’elle m’a un peu perdue… Non, je n’ai pas aimé la Citacielle et les personnes étranges qui y vivent. Non, je n’ai pas trouvé Thorn à mon goût, il est trop bourru, trop froid, bref, rien d’attirant ! L’univers mis en place, avec les « Dragons », les « Mirages » et autres types de personnages ne m’a pas fait vibrer. Je n’ai pas trouvé leurs disputes intéressante. Les révélations m’ont laissée de marbre.

Bref, je fait partie des rares qui n’ont pas accroché et j’en suis la première déçue. Je ne dit cependant pas non au Tome suivant, peut-être pourra-t’il m’apporter ce que je n’ai pas trouvé dans celui-ci.

Ma note : 3/5 (Pas mal)

Sky Doll Tome 1 – La ville jaune de Alessandro Barbucci et Barbara Canepa

sky-doll-tome-1-la-ville-jaune

Une BD plutôt bien dessinée que j’ai eu du mal à comprendre. Je me suis souvent sentie perdue, avec l’impression qu’on saute d’un truc à l’autre sans prévenir. Il me reste une impression d’avoir sauté des passages. A part ça, la fin me donne envie d’en savoir plus, ce 1er Tome a éveillé ma curiosité.

Dieu est mort. Son corps gît dans son bureau de l’Heaven Spaceshisp Wash, un astrolavage parmi tant d’autres sur la planète Papathéa. Mais quel est le lien entre le créateur de l’univers et cette poupée synthétique conçue pour le plaisir des sens, en cavale de planète en planète ? Pourquoi semble-t-elle toujours en proie à une avalanche d’événements désastreux tels des électrons gravitant autour du noyau d’un atome ? Peut-être que la papesse sait ou pressent quelque chose. Peut-être ce secret est-il gardé par les mystérieux habitants de la ville blanche. Peut-être, tout simplement, que personne ne sait rien. Sans doute, lorsque la vérité éclatera au grand jour, sera-t-il trop tard. Pour tous.

Dans mes bonnes résolutions de cette année : Passer un peu plus de temps avec moi-même… Et pour cela, une matinée par mois où je quitte la maison, laissant mon homme avec mes filles. Aujourd’hui, pour ma première, j’ai décidé d’aller à pied jusqu’à la bibliothèque de ma ville (où je n’étais jamais allée avant). Je ne sais pas pourquoi, je suis allée directement au rayon BD adulte et je suis tombée sur celle-ci…

La couverture m’a plue et le résumé m’a intéressée. Je me suis donc installée dans un coin de la bibliothèque avec ce 1er Tome entre les mains. J’ai vite accroché aux dessins que je trouve très bien réalisés. Il est clair que ça n’est pas mon genre de lecture habituelle mais j’apprécie beaucoup le coup de crayon de l’auteur.

En ce qui concerne l’histoire, je l’ai trouvée plutôt compliquée… Je me suis souvent sentie perdue je dois dire. J’ai souvent eu l’impression d’être passée à côté de quelque chose. L’intrigue de base n’est pas bien compliquée : Noa s’est évadée de sa vie de laveuse de vaisseau et on la suit dans sa cavale. Autour de ça, il y a l’histoire avec les deux papesses Agape et Ludovique, et là, j’ai eu plus de mal.

A part ça, je suis curieuse de découvrir la suite et je pense me plonger dans le 2ème Tome lors de ma prochaine escapade à la bibliothèque.

Ma note : 3/5 (Pas mal)

Spirales de Tatiana de Rosnay

spirales

J’ai un avis assez mitigé de cette lecture… Autant j’ai apprécié l’intrigue, le style d’écriture et l’histoire, autant la fin (que j’ai trouvée vraiment bizarre et frustrante) a réussi à tout gâché !

Hélène, la cinquantaine paisible, mène une vie sans histoire auprès de son mari, de son fils, de sa fille et de ses petits-enfants. Hélène est une épouse modèle, une femme parfaite. Un jour d’été caniculaire à Paris, sur un coup de tête, elle cède aux avances d’un inconnu. L’adultère vire au cauchemar quand, au lit, l’amant sans nom meurt d’une crise cardiaque. Hélène s’enfuit, décidée à ne jamais en parler, et surtout, à tout oublier. Mais, dans son affolement, elle laisse son sac à main… avec ses papiers. Happée par une spirale infernale, Hélène ira très loin pour sauver les apparences. Très loin, mais jusqu’où? Dans ce roman au suspense hitchcockien, Tatiana de Rosnay explore les arcanes de la bonne conscience et la frontière fragile entre le bien et le mal.

C’est par hasard que j’ai décidé de sortir ce livre de ma PAL puisque je l’ai tiré au sort dans ma Book Jar « Les anciens de ma PAL ». Franchement, c’est celui de Tatiana de Rosnay que je possède et qui me tentait le plus, donc j’ai été ravie d’être tombée sur lui. C’est une histoire qui se lit très vite, on plonge dans l’intrigue dès les premières lignes et j’ai été rapidement happée par ce thriller.

Hélène est une quincagénaire dont la vie est plate et calme… jusqu’au jour où elle se laisse aller à suivre un inconnu et à coucher avec lui. Des conséquences inattendues lui tombent dessus lorsque l’inconnu lui meurt dans les bras. A partir de là, tout part en cacahuète pour elle. Tout ça, c’est noté dans le résumé et, à le relire, je me dit que les 3/4 du bouquin se retrouvent dedans.

Mais ce n’est pas grave car la plume de l’auteur apporte du relief à l’histoire. Grace à elle, on se retrouve réellement plongé dans l’esprit d’Hélène. On ressent ses tourments. De l’extérieur, on pourrait se dire « Elle psychotte, elle est parano » (du coup, on a parfois envie de la secouer), mais en se mettant à sa place, on se dit qu’on réagirait sans doute pareil. Enfin moi du moins c’est ce que j’ai ressenti. J’ai stressé durant une bonne partie de ma lecture et j’ai aimé cette sensation. Ne pas savoir comment ça va terminer, tourner les pages pour enfin le découvrir et…

… finir hyper frustrée par un dénouement final on ne peut plus flou et bizzare. Cette fin m’a tellement déplue que ça a réussir à me plomber tout le livre ! Pour être déçue, je peux dire que je le suis ! Certes, j’ai choisi de l’interpréter selon mon envie, mais même ça, ça ne me convient pas !

En bref, un bon moment de lecture bêtement gâché par les quelques dernières lignes… dommage !

Ma note : 3/5 (Pas mal)

Je t’ai rêvé de Francesca Zappia

je-tai-reve

Bizarrement, je n’ai pas vraiment accroché. Lorsque j’en ai entendu parler, je m’attendais presque à un coup de coeur et finalement, j’ai l’impression de l’avoir lu sans grand intérêt, de l’avoir survolé plus que de m’y être plongée. Les personnages sont pourtant attachants, je ne sais pas ce qu’il manquait pour que je puisse mieux apprécier ma lecture.

Vous, les gens normaux, êtes tellement habitués à la réalité que vous n’envisagez pas qu’elle puisse être mise en doute. Et si vous n’étiez pas capables de faire la part des choses ? Jour après jour, elle se retrouve confrontée au même dilemme : le quotidien est-il réel ou modifié par son cerveau détraqué ? Dans l’incapacité de se fier à ses sens, à ses émotions ou même à ses souvenirs, mais armée d’une volonté farouche, Alex livre bataille contre sa schizophrénie. Grâce à son appareil photo, à une Boule Magique Numéro 8 et au soutien indéfectible de sa petite sœur, elle est bien décidée à rester saine d’esprit suffisamment longtemps pour aller à l’université. Plutôt optimiste quant au résultat, Alex croise la route de Miles, qu’elle était persuadée d’avoir imaginé de toutes pièces… Avant même qu’elle s’en rende compte, voilà que la jeune femme se fait des amis, va à des soirées, tombe amoureuse et goûte à tous les rites de passage de l’adolescence. Mais alors, comment faire la différence entre les tourments du passage à l’âge adulte et les affres de la maladie ? Tellement habituée à la folie, Alex n’est pas tout à fait prête à affronter la normalité. Jusqu’où peut-elle se faire confiance ? Et nous, jusqu’où pouvons-nous la croire ?

Ce livre, j’en ai beaucoup entendu parler sur la blogosphère, et en bien ! Beaucoup de personnes n’en tarissent pas des loges et c’est pour ça que j’ai eu envie de le lire. De plus, le résumé me tentait bien et je trouve la couverture très jolie. Bref, j’ai commence ma lecture avec beaucoup d’enthousiasme et je suis déçue que celui-ci n’ai pas tenu le coup.

Très vite, j’ai eu l’impression de ne pas être à font, de survoler l’histoire, de lire sans lire. Mon intérêt a rapidement diminué et je suis la première à en être frustrée. D’autant que je ne sais absolument pas ce qu’il manquait à cette histoire pour que je la trouve passionnante. J’ai trouvé plusieurs choses assez prévisibles, je n’ai eu aucune surprise, mais d’habitude, ça ne suffit pas à me refroidir.

Les différents personnages sont attachants, le sujet abordé est intéressant et je n’avais jamais rien lu là-dessus mais voilà, je n’ai pas plus accroché que ça et je ne sais pas pourquoi !

Forcément, du coup, je ne sais pas quoi en dire, ma chronique ne sera donc pas très longue.

En bref, une lecture sympa mais sans plus pour moi !

Citation(s) :
– On est juste des êtres humains, et les êtres humains font parfois des conneries.

Ma note : 3:/5 (Pas mal)

La 5ème Vague Tome 2 – La mer infinie de Rick Yancey

la-5eme-vague-tome-2-la-mer-infinie

Un 2ème Tome qui m’a beaucoup moins plu que le premier. Je viens de le terminer et je suis mitigée. Je ne sais même pas si j’ai tout compris. A mon avis, certaines choses ont dû m’échapper…

Comment débarrasser la Terre de ses sept milliards d’habitants ? Retirez aux hommes leur humanité…

Cassie Sullivan et ses compagnons ont survécu aux quatre premières vagues destructrices lancées par les Autres. Maintenant que l’espèce humaine a été presque entièrement exterminée et que la 5e Vague déferle sur la planète, le groupe se trouve face à un choix : se préparer à affronter l’hiver en espérant le retour rapide d’Evan Walker, ou se mettre en quête d’éventuels survivants avant que l’ennemi ne referme sur eux son impitoyable piège. Personne ne peut prédire à quels abîmes de cruauté les Autres sont prêts à s’abaisser, ni à quelles hauteurs l’humanité saura se hisser. La bataille finale ne fait que commencer…  Ils connaissent notre manière de penser.  Ils savent comment nous exterminer.  Ils nous ont enlevé toute raison de vivre.  Ils viennent maintenant nous arracher ce pour quoi nous sommes prêts à mourir.

J’ai lu le 1er Tome l’année dernière et, la sortie récente du film au cinéma m’a remis cette saga en tête. C’est donc avec curiosité que j’ai sorti ce 2ème Tome de ma PAL. J’avoue, au début, j’ai eu du mal à m’y plonger. Je ne me souvenais plus vraiment comment avait fini le précédent et, du coup, je me sentais un peu perdue. J’ai eu la chance que mes parents soient allés voir le film au cinéma alors que je commençais ma lecture de ce 2ème volet. Je leur ai donc demandé de me le raconter afin de me rafraîchir la mémoire. Franchement, ça m’a aidé !!!

Alors, ce que j’ai pensé de cette « Mer infinie »… Mon avis est plutôt mitigé en fait. J’ai toujours autant apprécié les personnages et j’ai aimé les retrouver. Cependant, je n’ai plus flippé avec eux. J’avais l’impression d’être un peu détachée de l’histoire, je n’étais pas à fond dedans. J’ai le sentiment de n’avoir savouré que les parties où se trouvait Cassie.

Tout comme son prédécesseur, ce roman est découpé en GROS chapitres contenant chacun plusieurs petits. Et chaque gros chapitre concerne un personnage. Bizarrement, je n’ai apprécié que les parties concernant le groupe de Cassie. Par exemple, on se retrouve quelque fois à suivre Ringer et je ne sais pas pourquoi, mais je n’accrochai pas. Pas que je n’aime pas le personnage, mais je ne sais pas, c’était plus compliqué à comprendre et j’ai l’impression d’avoir loupé des révélations importantes. En fait, je les ai lues, mais je ne pense pas en avoir compris la moitié ! J’étais paumée, et du coup, je voulais vite finir ce bouquin pour passer à autre chose.

Vu que j’étais assez « détachée », j’avoue ne pas avoir réussi à m’impliquer assez que pour flipper… Oui, c’est la guerre, oui des extraterrestres nous attaquent mais… non, je n’ai pas ressenti la peur qui m’avait prise lors de la lecture du 1er Tome et j’en suis déçue.

Bref, j’en ressort avec un avis mitigé, je n’aime pas ça. J’espère que le 3ème Tome me rendra l’enthousiasme que j’avais ressenti lors de la découverte de cette saga !

Ma note : 3/5 (Pas mal)

Une autre idée du bonheur de Marc Levy

une-autre-idee-du-bonheur

Pas mon favoris de Levy, j’ai failli l’arrêter plusieurs fois, j’ai dû me battre pour le terminer. Le dénouement vaut la peine de tenir le coup (surtout que c’est un roman court), mais j’ai eu du mal à m’accrocher à ce road trip ainsi qu’à Agatha.

Quand une vie ordinaire devient extraordinaire. Philadelphie. Au premier jour du printemps 2010, Agatha sort de prison, mais pas par la grande porte. Après trente ans derrière les barreaux, il ne lui restait que quelques années à faire. Alors pourquoi cette évasion ? Dans une station-service proche du campus, elle s’invite à bord de la voiture de Milly et l’entraîne dans sa cavale sans rien lui révéler de sa situation. Dotée d’un irrésistible appétit de vivre, Agatha fait voler en éclats la routine confortable de Milly. Trente ans les séparent, mais au fil du voyage les deux femmes partagent ces rêves qu’il n’est jamais trop tard pour réaliser et évoquent ces amours qui ne s’éteignent pas. Cinq jours en voiture à travers les États-Unis… À chaque étape, une rencontre avec un personnage surgi du passé les rapprochera du secret d’Agatha. Jusqu’où devons-nous aller dans notre quête insatiable du bonheur ? À quoi ne faut-il jamais renoncer ?

Dans ce roman, Marc Levy réaffirme notre besoin inconditionnel de liberté et nous fait aussi découvrir un pan méconnu de l’histoire américaine.

J’ai ce livre dans ma PAL depuis sa sortie et j’ai eu beaucoup de mal à l’en sortir. En fait, une de mes collègues (qui est fan de Marc Levy) s’était plongée dedans et n’arrivait pas à avancer, elle en a d’ailleurs abandonné la lecture. Du coup, ça ne me donnait pas trop envie de m’y mettre. Et puis finalement, le résumé m’intéressait et j’ai décidé de passer outré mon appréhension.

Je ne sais pas pourquoi mais j’ai eu beaucoup de mal à m’accrocher. Je n’ai pas beaucoup aimé Agatha, bien que j’ai apprécié sa philosophie et sa façon de penser. J’ai eu l’impression de tourner en rond pendant les 3/4 du bouquin. En général, j’aime assez les road trip, mais je n’ai rien trouvé de passionnant à celui-ci. Elles roulent, elles parlent, on apprend à les connaîtres, elles s’arrêtent chez un vieil ami, discutent quelques heures et se remettent en route…

Même le fait qu’elles soient poursuivies (cavale oblige) n’a pas réussi à me donner des frissons et à me faire m’inquiéter pour elles. Certes, elles ont chacune leur histoire et leur passé et ceux-ci sont plutôt intéressants à découvrir, mais il manquait un petit quelque chose pour que j’ai vraiment envie de tourner les pages. Si j’ai tenu bon, c’est parce que ce roman n’est pas très long et que j’espérait que la fin vaudrait la peine.

C’est le cas, la fin est sympa, les révélations plus ou moins inattendues (je dis bien plus ou moins parce que ce n’est pas la grosse surprise non plus). Bref, une lecture sans plus. Je regrette le temps ou Marc Levy faisait dans la romance et juste dans la romance. J’ai l’impression qu’il se dirige vers un côté moralisateur qui m’attire de moins en moins.

Ma note : 3/5 (Pas mal)