Un appartement à Paris de Guillaume Musso

couv2767422

Pas mon favoris de Musso. Les deux premiers tiers de ce roman sont assez longs et certaines choses m’ont plutôt agacée. Heureusement que la fin est vraiment bien, elle vaut la peine de s’accrocher !

Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante.
Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler.
À la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.

L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d’unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.

Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.

A la base, le résumé ne me tentais pas plus que ça, mais je lis toujours les Musso et, de plus, ma copine au boulot m’en a parlé et m’a dit qu’il fallait absolument que je lise, malgré les longueurs du début. Une fois n’est pas coutume, je m’y suis donc plongée de bonne grâce.

Malheureusement, j’ai été déçue… J’ai été un peu agacée par certaines choses…

Je n’ai pas réussi à comprendre pourquoi Madeline et Gaspard décident de mener l’enquête pour retrouver ces trois toiles. Après tout, ils ne connaissaient même pas le peintre et ça m’a ennuyée de les voir ainsi fouiller dans sa vie. Depuis quand Mr et Mme Tout Le Monde jouent-ils les Sherlock ?

Pire, comment (et pourquoi) les gens acceptent-ils de répondre à leurs questions. Ils ne sont ni journalistes, ni flics (même si Madeline l’a été) et n’ont donc aucun droit sur cette affaire. Je me suis imaginée à leur place et je me suis demandé ce qu’ils gagnaient à faire toutes ces recherches.

Enfin, quand on met ça de côté, il faut bien admettre que l’histoire de ce Sean Lorenz est intéressante. L’enquête est un peu longue, mais lorsqu’on arrive au dernier tier du roman, on ne peut plus le lâcher tant il y a du suspense ! Je ne m’attendais pas à une fin pareille et j’en ai été ravie, elle m’a permis d’oublier une peu la déception ressentie pendant la lecture des deux premiers tiers.

Pour résumé, c’est loin d’être mon favoris de Musso mais la fin fait que mon moment lecture n’a pas été désagréable.

Ma note : 3,5/5 (Bien)

La fille du train de Paula Hawkins (Audio)

couv61364812

Une lecture dont j’aurais pu me passer, une histoire que je n’ai pas trouvée passionnante et des personnages que j’ai eu beaucoup de mal à apprécier. Bref, une belle déception pour ma part, d’autant que j’en avais entendu du bien !

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 l’après-midi. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

J’avais pas mal entendu parler de ce roman sur la blogosphère lorsqu’il est sorti et j’avoue qu’il ne m’intéressait pas plus que ça. Je me suis dit « Un jour peut-être, mais pas maintenant ». Et puis, ma sœur l’a lu et m’en a parlé. Elle a éveillé ma curiosité, mais comme je n’avais pas envie de le lire, j’ai préféré le prendre en audio.

Je vous le dit tout de go : Je n’ai pas aimé ! Les trois personnages féminins principaux m’ont insupportées ! Pas toutes en même temps, heureusement.

On commence par Rachel, la plus agaçante de toutes. Elle est séparée et elle boit… elle est presque toujours ivre et elle va mettre son nez partout. J’ai eu beaucoup de mal à la supporter et c’est assez ennuyeux puisque c’est dans sa tête à elle qu’on se trouve le plus souvent. Ensuite, il y a Megan, la femme observée par Rachel et qui disparait un jour, mystérieusement. Au départ, je l’aimais bien. Et puis au plus j’en ai appris sur elle et au plus elle perdait de l’intérêt à mes yeux. Et puis Anna… c’est celle que j’ai le plus appréciée des trois. Bon, elle est parfois un peu parano mais ça passe comparé à Rachel qui se fait des idées sur tout et tout le monde.

Et puis les hommes de l’histoire ne sont pas en reste non plus puisque je n’ai pas non plus réussi à leur donner ma sympathie. Il y a Tom, l’ex-mari de Rachel (qui est maintenant marié à Anna). Personnellement, je l’ai trouvé plutôt sans intérêt, surtout que les 3/4 du temps, on le voit à travers le regard de Rachel ! Il y a aussi Scott, le mari de Megan. Au départ, Rachel l’idéalise, elle est persuadée que ce n’est pas lui qui a fait du mal à Megan et elle veut l’aider, alors elle fouille dans des affaires qui ne la regardent pas. Et donc, Scott… pas non plus un personnage très intéressant.

Et puis l’histoire, bien que je n’ai pas vraiment vu venir la fin, ne m’a pas passionnée plus que ça… En bref, une lecture dont j’aurais pu me passer…

Alors, même si je pense que les voix y ont été pour beaucoup, je reste persuadée que je n’aurais pas plu aimé ce roman si je l’avais lu plutôt qu’écouter.

Et donc, un Thriller que je ne recommande pas !

Ma note : 2,5/5 (Moyen)

 

Le pacte interdit de Henri Bellotto

le-pacte-interdit

Une très belle découverte, « Le pacte interdit » a une intrigue assez bien ficelée et je n’en n’avait pas deviné le dénouement. Je n’avais jamais rien lu sur le clonage avant et j’ai été presque choquée de découvrir ce « protocole » ainsi que le manque cruel de moral de certains personnages. Une lecture que je ne peux que recommander !

Quelque part au XXIe siècle… L’enfance dorée de Nelly Weatherly, une fillette impulsive, sournoise et gâtée à outrance par son père Phil, risque de prendre une tournure dramatique, alors qu’on lui diagnostique une maladie potentiellement mortelle et, surtout, incurable. Heureusement, bien avant sa naissance, son papa avait prévu le coup et, dans le plus grand des secrets, il avait chargé une entreprise de lui créer un double anonyme grâce à un protocole en marge des lois que l’on appelle Creator. Enfermée comme un animal dans une sorte de prison, la copie de Nelly vit dans des conditions inhumaines en attendant qu’on lui prélève des « pièces de rechange ». Mais lorsqu’une infirmière décide de soustraire celle qu’elle surnomme Laura à son destin, une course mortelle contre la montre s’engage.

Dans un monde où la science prend parfois des détours qui peuvent sembler immoraux, Le Pacte interdit nous force à nous questionner sur l’abandon des valeurs humaines les plus fondamentales. Alors que les limites de plus en plus floues de cette science sont définies puis redéfinies à la hâte, on peut se demander si l’Humain a toujours confiance en la nature et si parfois, il ne devrait pas se faire une raison avant de corriger ce qu’il juge inacceptable.

Je pense bien que ce thriller n’aurait jamais croisé ma route si ma collègue ne m’en avait pas parlé dernièrement. Elle était occupée de le lire, j’ai alors pris connaissance du résumé ainsi que de son avis et j’ai tout de suite été intriguée. Il n’est pas resté bien longtemps dans ma WishList, ni dans ma Pal d’ailleurs !

J’ai beaucoup aimé cette intrigue. Je n’avais jamais rien lu sur le clonage avant ça et j’avoue que ça m’a pas mal touchée, voir chamboulée.C’est quoi ce monde où on crée des copie « Non humaine » sur lesquelles on prélève à l’envie et au besoin les organes et autres membres jugés utiles ?

Certes, je peux comprendre la détresse des parents à qui l’on annonce la maladie incurable, voir mortelle d’un enfant… mais de là à accepter pareil « protocole », c’est hallucinant !

Ce père, Phil, est un être abject que j’ai eu beaucoup de mal à supporter (faut croire qu’il ne pense pas que ce double est aussi son enfant)… Et sa fille, Nelly est un peu du même genre (une espèce de peste pourrie gâtée qui s’amuse en torturant des animaux) et, j’avoue, je jubilais presque lorsqu’il lui arrivait quelque chose. Deux personnages que j’ai adoré détester !

Heureusement, ils ne sont pas tous comme Phil et Nelly et j’ai eu un véritable coup de cœur pour NH31, le double de Nelly. Cette petite fille toute innocente est un véritable rayon de soleil. Héléna, elle aussi est très attachante. Pleine de bonté et d’abnégation, elle a su me charmer et me toucher.

L’histoire est très intrigante, je ne me suis pas ennuyée une seconde. Les pages se tournent quasi toute seule et j’ai eu beaucoup de mal à le fermer… Par contre, quelque chose dans cette fin ne m’a pas vraiment plu mais je me tairai pour ne pas vous en dévoiler de trop…

En bref, une lecture que je ne peux que conseiller !

Ma note : 3,5/5 (Bien)

Mickey Bolitar Tome 2 – A quelques secondes près de Harlan Coben

mickey-bolitar-tome-2-a-quelques-secondes-pres

Un deuxième Tome que j’ai trouvé moins captivant que le précédent. Je ne me suis pas ennuyée mais il manquait un petit quelque chose pour me passionner. Plus de suspense aurait pu faire l’affaire. J’ai un peu l’impression qu’on n’avance pas vraiment dans l’intrigue centrale mais l’auteur sait nous donner envie de poursuivre les aventures de son personnages puisque j’ai hâte de découvrir la suite.

Mickey Bolitar et ses nouveaux amis se retrouvent impliqués dans une effrayante affaire lorsqu’une camarade de classe se fait abattre par balle. Alors qu’ils tentent d’en savoir plus sur l’assassin, un certain « Boucher » se met à les menacer… Tout comme son oncle Myron, Mickey a l’esprit vif. Mais cette fois, il doit garder la tête froide et accepter l’aide de ses amis tout en protégeant ceux qu’il aime… Même s’il ignore contre qui ou quoi exactement.

Je me souviens avoir bien apprécié le premier Tome (lu en 2015 quand-même) et j’ai donc été ravie de l’avoir tiré au sort dans ma book Jaar « Sagas ». Il était temps que je m’y replonge dans les aventures de Mickey Bolitar, d’autant que la fin m’avait laissée impatiente de découvrir la suite (c’est ça d’avoir plein de sagas en cours et plein de bouquins dans sa PAL, j’en oublie toujours).

J’avoue tout de même qu’après autant de temps, j’ai eu du mal à me souvenir de tous les détails de l’histoire. Certains passages font référence à ce qui s’est passé précédemment et franchement, impossible de me souvenir quoi !!! (Et oui, j’ai cette particularité d’oublier très vite mes lectures, d’où la création du blog et des articles). Bon, ce qui est bien, c’est qu’oublier certaines actions du Tome précédent n’empêche pas d’apprécier celui-ci. Les deux Tomes sont bien évidemment liés, mais je pense aussi qu’on peut les lire individuellement.

Bref, passons !

Alors, j’ai toujours autant apprécié Mickey et ses amis, ils ne changent pas vraiment et leur amitié est toujours aussi belle. C’est sympa de les suivre dans leurs aventures même si je n’ai pas vraiment compris pourquoi de jeunes adolescents sont impliqués dans ce genre d’affaire. Il me manque encore pas mal de réponse à mes questions et j’espère vraiment que le 3ème Tome saura y répondre !

A côté de ça, je trouve qu’il manquait de suspense. J’ai eu l’impression de découvrir le Tome précédent alors que pour celui-ci, j’ai eu la sensation de « déjà lu ». J’ai beaucoup apprécié l’intrigue et l’univers mis en place par l’auteur mais je n’ai pas été passionnée. J’aurais espéré accrocher plus et avoir moins ce sentiment de tourner en rond, que l’histoire se répète.

En bref, j’espère que le 3ème et dernier Tome remontera le niveau !

Ma note : 3/5 (Pas mal)

L’élite Tome 2 -Sous surveillance de Joelle Charbonneau

couv7103375

Un second Tome toujours aussi rempli d’action mais auquel j’ai un peu moins bien accroché qu’au premier. J’ai un peu eu l’impression que l’histoire se répétait. J’espère que le 3ème Tome m’apportera ce que je n’ai pas trouvé dans cette suite.

Cia a survécu au Test. Elle est officiellement reçue à l’université qui forme l’élite du pays. Mais elle découvre l’enregistrement qu’elle avait fait à la fin du test, dans lequel elle racontait son expérience. Elle a du mal à croire ce qu’elle entend, surtout les doutes à propos de l’intégrité de Tomas, son petit ami. A l’université, elle intègre l’unité de sciences politiques mais elle est surveillée de près par la direction de l’université. Désormais Cia va devoir faire face à des menaces bien plus subtiles. Bien plus vicieuses. Et surtout à la plus grande d’entre elles : le doute.

J’avais hâte de me plonger dans ce deuxième Tome étant donné que j’avais trouvé le premier tout à fait passionnant. Et puis finalement, je n’ai pas accroché comme je le pensais. Quelque chose à fait que j’ai eu l’impression de revivre une aventure déjà vécue.

Alors oui, Cia a passé le Test avec succès et elle est maintenant à l’université, mais ce n’est pas pour autant que les compétitions sont terminées. J’ai un peu eu l’impression de tourner en rond, comme dans la saga « L’épreuve » où à chaque fois qu’une difficulté est passée, une autre tombe sur la tête de notre héro. Ici les étudiants sont sans cesse sous pression. Une mauvaise réponse, un mauvais choix et fini l’université, ils sont redirigés (Et qui sait ce que ça veut dire ?) !

Bien sûr il y a toujours autant d’action et je ne me suis pas ennuyée une seconde, l’univers mis en place par l’auteure est toujours aussi intéressant, mais je commence tout de même à regretter toutes ces ressemblances avec d’autres sagas que j’ai déjà lues.

En fait j’ai l’impression que ça en revient toujours au même : On a une jeune héroïne mise à l’épreuve par les politiques d’une nouvelle société créée pour être la meilleure possible. Et puis cette héroïne se rend compte qu’il se passe des choses pas nettes et elle se rebelle pour essayer d’arranger tout ça. C’est chouette quand on n’a encore rien lu de tel, mais une fois qu’on connait le genre, c’est du déjà lu, limite on anticipe déjà ce qui va se passer.

En bref, c’est un 2ème Tome qui reste divertissant et qui offre de l’action, mais rien ne m’a surpris. J’espère que le 3ème Tome m’offrira plus de suspense, un dénouement qui claque et que je ne verrais pas venir.

Ma note : 3,5/5 (Bien)

 

 

L’élite Tome 1 de Joelle Charbonneau

couv43031160
Une dystopie comme je les aime : des personnages intéressants, une histoire passionnante, de l’action, des coup-bas… bref, les pages se tournent toute seule. Malgré quelques ressemblances avec d’autres sagas déjà lues, je n’ai pu qu’être séduite par cet univers et j’en redemande !

La Terre ne ressemble plus à la planète sur laquelle nous vivons. Les Sept Guerres en ont détruit la quasi-totalité et les hommes essaient de la reconstruire. C’est dans cet environnement que vit Cia et sa famille. A 16 ans, la majorité des adolescents doit trouver un travail. Les autres, l’Elite, sont choisis pour le Testing. L’épreuve suprême. Un test ultime qui promet l’entrée à l’université pour les gagnants. Ou plutôt pour les survivants… Cia a été choisie. Et elle va rapidement comprendre qu’elle ne peut faire confiance à personne.

J’avais lu et entendu beaucoup de bien concernant cette saga et je n’ai donc pas pu résister avant de me la procurer, d’autant que j’ai tout de suite trouvé le résumé assez prometteur.

Par contre, je ne m’attendais pas du tout à retrouver des similitudes avec d’autres sagas jeunesse/science-fiction déjà lues. Je ne sais pas vous, mais personnellement cette histoire m’a franchement fait penser à « Hunger Games » et à « L’Epreuve ». En général, je n’aime pas ça. J’aime lire des choses différentes. Une histoire ne doit pas me faire penser à une autre. Et pourtant, c’est très bien passé ! J’en suis la première surprise et j’en suis ravie.

L’univers créé par l’auteure est vraiment passionnant. On se retrouve sur une Terre post-apocalyptique. Les précédentes guerres ont tout détruit et les politiques veulent reconstruire une société unifiée avec les meilleurs éléments : des humains intelligents triés sur le volet, une humanité capable de faire à nouveau pousser la vie sur une terre aride. Pour ça, il y a le fameux Test. Seuls les meilleurs élèves de la classe sont sélectionnés pour le passer. Et une fois qu’on est choisi, pas moyen de faire demi-tour.

Vous vous doutez bien que notre héroïne fait partie de cette Elite. Très vite, elle se retrouve, avec d’autres jeunes de son âge, à devoir prouver ses capacités lors de différents tests auxquels les échecs ne sont pas acceptés.

Au niveau des personnages, j’ai très vite accroché à Cia, elle est forte, courageuse et loyale, j’aime ces qualités. Tomas n’est pas mal non plus dans son genre mais, il y a un je ne sais quoi qui fait que j’ai parfois eu du mal à lui accorder ma confiance. En fait, on ne sait pas toujours à qui s’attacher et qui éviter et j’apprécie avoir ce genre d’hésitations.

En bref, encore une chouette dystopie comme je les aime, je ne peux que la recommander et j’espère ne pas attendre trop longtemps avant de me plonger dans les suites.

Ma note : 4,5/5 (Excellent)

Franck Sharko & Lucie Hennebelle Tome 6 – Gataca de Franck Thilliez

gataca

J’avoue, je me suis perdue dans toutes ces explications ! Bien que très intéressantes, elles sont toutefois trop nombreuses et trop « scientifiques » pour moi. J’ai mis beaucoup de temps à finir ce roman même si la trame de fond me plaisait énormément. Ce dyptique sur la violence était une super idée et j’ai été ravie de le lire malgré ses longueurs.

L’Évolution est une exception. La règle, c est l’Extinction.
Une jeune scientifique spécialiste de l’évolution des espèces, retrouvée morte, attaquée par un primate.  Onze hommes derrière les barreaux. Leurs points communs : tous ont commis des crimes barbares et tous sont… gauchers. Enfin, la découverte d’une famille de Néandertaliens assassinée par un Cro-Magnon. Quel est le rapport entre ces affaires et des crimes éloignés de 30 000 ans ?
La clé est dans ces quelques lettres : GATACA…

Dans « Le syndrome [E] », on quittait Franck & Lucie dans une situation assez difficile et j’avoue que, même si j’avais eu du mal à lire ce roman, j’étais impatiente d’entamer « Gataca » afin de découvrir où ils en étaient et ce qui leur été arrivé. J’ai donc été ravie de rejoindre mes deux enquêteurs favoris dans leurs enquêtes, même si leurs vies ont été bouleversées par de récents évènements et qu’ils s’en retrouvent encore plus torturés qu’avant (à ce sujet, bravo à Mr. Thilliez, il creuse vraiment bien ses personnages et on ne sait jamais ce qui va leur tomber sur la tête).

L’auteur termine ici un dyptique sur la violence que j’ai trouvé très intéressant. Malheureusement, « Gataca » m’a passionné moins que ce que j’aurais espéré. Certes, la trame de fond, l’histoire de Franck & Lucie (Oh, j’ai appris une de ces choses sur Lucie, je ne m’y attendais vraiment pas) et leurs enquêtes parallèles étaient très chouettes à suivre. Mais hélas, je n’ai pas un esprit très scientifique alors toutes ces explications sur l’ADN (bien que très fascinantes) ont vite fait de me lasser.

J’ai toutefois beaucoup apprécié le parallèle fait entre la violence d’un meurtre fait en période préhistorique et d’assassinats commis de nos jours. Les réflexions et recherches de nos deux enquêteurs à ce sujet étaient captivantes et on ne peut pas dire que l’histoire manquait de suspense. Je ne m’attendais pas à un tel dénouement et je dois dire que j’en ai été assez satisfaite.

En bref, un roman passionnant même si j’ai regretté que les pages ne se tournent pas toutes seules. Je pense que j’ai d’ailleurs survolés certains passages que j’ai trouvés trop longs. Enfin, ça ne m’empêchera pas de poursuivre l’aventure avec Franck & Lucie qui restent, selon moi, la crème des enquêteurs.

Ma note : 3,5/5 (Bien)

Mais c’est à toi que je pense de Gary A. Braunbeck

couv54061121-copie

Un roman assez dur à lire, j’ai eu du mal à ne pas l’abandonner et je ne regrette pas de m’être accrochée. J’ai beaucoup admiré la force de ces enfants qui ont vécus le pire et qui sont pourtant encore là à se battre. Une lecture de laquelle on ne sort pas indemne. A ne pas mettre entre toutes les mains : âmes sensibles s’abstenir.

La voiture de Mark Sieber tombe en panne alors qu’il rentre chez lui.
En attendant que son véhicule soit réparé, Mark loue une chambre pour la nuit dans le motel le plus proche. À peine installé, il est brutalement enlevé par un groupe d’inconnus. Lorsqu’il reprend connaissance, il se trouve en compagnie de trois enfants, Thomas (onze ans), Arnold (douze ans), Rebecca (quinze ans) et leur leader Christopher (vingt et un ans).
Horriblement défigurés et mutilés, ils viennent d’échapper à un tueur en série pédophile qui se fait appeler Grendel. Ils ont besoin d’un adulte pour les ramener à leurs parents, que certains n’ont pas vus depuis dix ans… et ils ont choisi Mark.

Il est de ces bouquins qui donnent envie d’être lus dès la première approche. Ce fût pour moi le cas de « Mais c’est à toi que je pense ». Au départ, j’en ai l’u la chronique faite par Alice sur son blog (son avis à lui seul a suffi à me convaincre) et tout de suite, j’ai été intriguée (le résumé, la couverture, les avis sur le net). Il s’est donc ajouté directement dans ma Wish List et il n’y est pas resté bien longtemps avant d’arriver dans ma PAL. Comme je me l’étais promis, je n’ai pas trainé avant de l’entamer.

Alors, au début, je me sentais un peu perdue, j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire. Je ne comprenais pas trop où on était ni quand ça allait vraiment commencer. Et puis très vite, je me suis retrouvée avec Mark dans cette voiture qui tombe en panne et là, tout s’enchaine, j’ai été happée. Bon, je vous avoue qu’arrivée à un certain passage, j’ai hésité à refermer le livre, à le mettre de le côté et à l’abandonner… J’avais effectivement lu à son sujet qu’il était dur à lire, mais je n’imaginais pas à quel point. L’auteur ne nous épargne pas grand-chose, certaines descriptions sont à vomir et je dois dire que j’ai souvent pensé « Non mais il est tordu de sortir de telles monstruosités de sa tête ?!! ». Je me demande vraiment ce qui peut pousser un auteur à écrire de telles horreurs… mais bon, c’est un autre sujet, alors passons !

Je me suis rapidement attachée aux différents personnages et je les ai tous admiré pour leur force et leur courage. Après ce qu’ils ont vécu, ils pourraient s’écrouler, avoir perdu l’envie de se battre, ainsi que celle de vivre. Mais non, ils s’accrochent et ils ont l’intelligence de comprendre qu’ils ont besoin d’aide, d’un intermédiaire entre eux et leurs parents (bon, leur façon de la demander n’est pas habituelle, mais au moins ils agissent). Marc est vraiment un type génial, je l’ai beaucoup apprécié. Je ne sais pas comment j’aurais réagit à sa place, mais je trouve qu’il s’en est vraiment super bien tiré !

L’histoire est touchante, bouleversante, on ne peut pas en sortir indemne. Surtout quand on est soi-même parent. Ca m’a fait du mal de me rendre compte que, effectivement, les enfants sur les affiches (M’avez-vous vu ?), on les regarde à peine et on les oublies directement.

En bref, une lecture que je garderai en mémoire.
Attention : âmes sensibles s’abstenir !!!

Ma note : 4,5/5 (Excellent)

Spirales de Tatiana de Rosnay

spirales

J’ai un avis assez mitigé de cette lecture… Autant j’ai apprécié l’intrigue, le style d’écriture et l’histoire, autant la fin (que j’ai trouvée vraiment bizarre et frustrante) a réussi à tout gâché !

Hélène, la cinquantaine paisible, mène une vie sans histoire auprès de son mari, de son fils, de sa fille et de ses petits-enfants. Hélène est une épouse modèle, une femme parfaite. Un jour d’été caniculaire à Paris, sur un coup de tête, elle cède aux avances d’un inconnu. L’adultère vire au cauchemar quand, au lit, l’amant sans nom meurt d’une crise cardiaque. Hélène s’enfuit, décidée à ne jamais en parler, et surtout, à tout oublier. Mais, dans son affolement, elle laisse son sac à main… avec ses papiers. Happée par une spirale infernale, Hélène ira très loin pour sauver les apparences. Très loin, mais jusqu’où? Dans ce roman au suspense hitchcockien, Tatiana de Rosnay explore les arcanes de la bonne conscience et la frontière fragile entre le bien et le mal.

C’est par hasard que j’ai décidé de sortir ce livre de ma PAL puisque je l’ai tiré au sort dans ma Book Jar « Les anciens de ma PAL ». Franchement, c’est celui de Tatiana de Rosnay que je possède et qui me tentait le plus, donc j’ai été ravie d’être tombée sur lui. C’est une histoire qui se lit très vite, on plonge dans l’intrigue dès les premières lignes et j’ai été rapidement happée par ce thriller.

Hélène est une quincagénaire dont la vie est plate et calme… jusqu’au jour où elle se laisse aller à suivre un inconnu et à coucher avec lui. Des conséquences inattendues lui tombent dessus lorsque l’inconnu lui meurt dans les bras. A partir de là, tout part en cacahuète pour elle. Tout ça, c’est noté dans le résumé et, à le relire, je me dit que les 3/4 du bouquin se retrouvent dedans.

Mais ce n’est pas grave car la plume de l’auteur apporte du relief à l’histoire. Grace à elle, on se retrouve réellement plongé dans l’esprit d’Hélène. On ressent ses tourments. De l’extérieur, on pourrait se dire « Elle psychotte, elle est parano » (du coup, on a parfois envie de la secouer), mais en se mettant à sa place, on se dit qu’on réagirait sans doute pareil. Enfin moi du moins c’est ce que j’ai ressenti. J’ai stressé durant une bonne partie de ma lecture et j’ai aimé cette sensation. Ne pas savoir comment ça va terminer, tourner les pages pour enfin le découvrir et…

… finir hyper frustrée par un dénouement final on ne peut plus flou et bizzare. Cette fin m’a tellement déplue que ça a réussir à me plomber tout le livre ! Pour être déçue, je peux dire que je le suis ! Certes, j’ai choisi de l’interpréter selon mon envie, mais même ça, ça ne me convient pas !

En bref, un bon moment de lecture bêtement gâché par les quelques dernières lignes… dommage !

Ma note : 3/5 (Pas mal)

A la vie, à la mort / À toi pour toujours de Colette McBeth

a-la-vie-a-la-mort

Un bon thriller avec du suspense et une histoire bien ficelée. J’ai apprécié ma lecture et je ne peux que la recommander. L’auteure m’a emportée dans cette intrigue et m’a emmenée vers une fin à laquelle je en m’attendais pas. Bref, chouette découverte !

Certaines amitiés s’essoufflent. Rachel et Clara se sont promis que la leur durerait toujours. Le jour de leur rencontre, Rachel était la petite nouvelle et Clara, celle avec qui tout le monde voulait être ami. À l’approche de la trentaine, les deux femmes sont toujours aussi étroitement liées mais les rôles sont inversés. Rachel poursuit une brillante carrière à la télévision et mène une vie stable avec son petit ami ; Clara, elle, perd peu à peu le contrôle de son existence. Quand Rachel doit enquêter sur une disparition, elle est loin de se douter qu’il s’agit de sa meilleure amie. Que cache cette disparition ? Est-ce un enlèvement, un suicide ou bien tout autre chose ?

Je pense que je n’aurai jamais été ammenée à lire ce roman si une amie ne m’en avait pas parlé avec autant d’enthousiasme. Je ne sais pas comment elle l’a elle-même découvert, mais on peut dire qu’elle l’a beaucoup aimé et elle me l’a donc vivement conseillé. Vu sa façon d’en parler, je n’ai pas pu attendre et je l’ai lu dès que j’ai eu fini mon livre en cours. Au départ, le résumé ne me tentait pas plus que ça. C’est vraiment l’engouement de mon amie à son égard qui m’a motivée.

Je n’ai pas trouvé les personnages plus attachants que ça. Je ne sais pas pourquoi mais je n’ai pas réussi à accrocher à Rachel, ni à Clara d’ailleurs. En fait, le seul que j’ai vraiment apprécié, c’est Jake, le collègue et ami de Rachel. Malgré toutes les merdes qui tombent sur les épaules de cette dernière, Jake reste présent pour la soutenir et l’aider. Malgré ce que tout le monde dit et pense, il est là et il la croit, lui fait confiance. Ne sachant pas moi-même si je pouvais me fier à elle, j’ai trouvé sympa de voir qu’elle avait quelqu’un sur qui s’appuyer.

J’ai passé un excellent moment de lecture. Cependant je n’ai pas réussi à être vraiment « à fond dedans ». L’auteure m’a entrainée dans son intrigue, mais je ne me suis pas sentie happée par cette histoire. Certes, il y a du suspense et il me tardait de savoir comment ça allait finir mais une fois le livre fermé, mon esprit ne restait pas auprès des personnages comme ça m’arrive souvent avec les thrillers. Il manquait un petit quelque chose, et je suis bien incapable de dire quoi ! Peut-être que ce n’était pas le bon moment pour ce genre de lecture, tout simplement.

En bref, une bonne lecture tout de même et je ne peux, à mon tour, que la recommander aux amateurs du genre.

Ma note : 3,5/5 (Bien)