Scrap : Album accordéon Automne Toga.

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, j’ai envie de vous faire découvrir une autre de mes passions : Le scrapbooking ! Cela fait maintenant plusieurs mois que j’en fait sans montrer mes créations sur internet et, avec la nouvelle année, j’ai bien envie de changer ça et de partager avec vous ce que je fais.

Je vous présente donc ici un de mes derniers albums en date, sur le thème de l’automne.
Il s’agit d’un album accordéon qui, une fois déplié, peut être déposé sur un meuble et servir de Home-Déco.

Pour la structure de base, j’ai utilisé les cartes carrées de chez Action. Pour le reste, quelques photos de mes filles prises par mon compagnon photographe. Le tout mis en valeur par les papiers et embellissements « Miel et Cannelle » de la marque Toga.

Je vous laisse découvrir les quelques photos (Accrochez-vous, il y en a un paquet) :

2018-01-14 - EOS 760D - 0002
2018-01-14 - EOS 760D - 0031
2018-01-14 - EOS 760D - 0033
2018-01-14 - EOS 760D - 0035
2018-01-14 - EOS 760D - 0036
2018-01-14 - EOS 760D - 0024
2018-01-14 - EOS 760D - 0039
2018-01-14 - EOS 760D - 0040
2018-01-14 - EOS 760D - 0041
2018-01-14 - EOS 760D - 0042
2018-01-14 - EOS 760D - 0055
Quelques détails :

2018-01-14 - EOS 760D - 0094
2018-01-14 - EOS 760D - 0106
2018-01-14 - EOS 760D - 0107
Et voici ce que ça donne une fois déplié :
2018-01-14 - EOS 760D - 0126
2018-01-14 - EOS 760D - 0127
Voilà, n’hésitez surtout pas à me dire ce que vous en pensez, je débute encore et je ne cherche qu’à m’améliorer !

Bisous et à bientôt pour d’autres lectures et créations Scrap !

Advertisements

Lecture en cours…

couv19969920

Cette fois, Mac a définitivement changé et n’a plus rien à voir avec la jeune fille glamour et évaporée qui est arrivée à Dublin. Elle est devenue un élément à part entière du jeu mortel en train de se dérouler dans les ombres des rues de la ville. Elle peut trouver ce que recherchent à la fois les fae et les humains , le livre noir, Le Sinsar Dubh, qui corrompt tous ceux qui le touchent. Mais Mac découvre bientôt que la situation est encore pire que ce qu’elle croyait. Cernée par la trahison, elle ne peut distinguer ses alliés de ses ennemis et elle n’est certaine que d’une seule chose : Halloween approche et son temps est compté.

Suivi de lecture 2018

JANVIER
27/12/2017 – Les Outrepasseurs Tome 4 – Ferenusia Van Wilder – 06/01/2018
06/01/2018 – Les chroniques de MacKayla Lane Tome 3 – Fièvre Faë Moning

 

TOTAL DE MES LECTURES EN 2018 : 1

Les outrepasseurs Tome 4 – Ferenusia de Cindy Van Wilder

couv65062519

Un 4ème Tome qui, je pensais, serait de trop et qui finalement nous apprend plein de choses intéressantes sur les Ferreux. On y retrouve des personnages déjà rencontrés précédemment (Smokey, Red Wing) et on en découvre de nouveaux tout à fait attachants (Kalinda et S.). Peter est toujours présent et j’ai pris plaisir à passer encore un peu de temps avec lui. En bref, un 4ème Tome qui clotûre parfaitement une saga que j’ai trouvée passionnante.

« Qui étaient ces êtres, si semblables et pourtant si différents des hommes ? On ne pouvait pas nier leur peau grise, qui se détachait délicatement de la structure de fer à laquelle ils s’accrochaient avec toute l’aisance d’alpinistes chevronnés. Soudain, la caméra bascula sur le buste de la statue de la Liberté. En lettre majuscules, vert sombre, s’étalait le mot : « FERENUSIA »  » Privé de la magie presque disparue, l’empire des Outrepasseurs se disloque de toutes parts. Seul survivants dans cette débâcle, les Ferreux, des fés réduits à l’esclavage, s’échappent de leurs prisons. Soutenus par Ferenusia, un réseau clandestin, ils n’ont qu’un seul objectif : obtenir les mêmes droits que les humains, dans un monde qui ignore tout de leur existence. Mais leurs anciens maîtres sont prêts à tout pour protéger leurs secrets, quitte à éliminer le moindre témoin de leurs forfaits passés…

Quand j’ai terminé le Tome précédent, j’étais persuadée que c’était la fin de la saga. Et puis, peu après, j’ai entendu parler de ce 4ème Tome et je me suis dit « Oh non, j’espère que ça ne va pas encore être une série en longueur ! ». En lisant le résumé, j’ai eu l’impression que Ferenusia serait plutôt un « Bonus » qu’une suite. Effectivement, pour moi, « Le libérateur » clotûrait parfaitement la saga.

En vrai, si « Ferenusia » n’est pas indispensable, il est tout de même le bienvenu ! J’ai vraiment beaucoup apprécié de me retrouver de l’autre côté de la barrière, du côté des ferreux dont, finalement, on ne sait pas grand chose à part le fait qu’ils sont exploités par les outrepasseurs.

L’écriture de l’auteur est vraiment très bonne. On passe d’un personnage à l’autre, le suivant dans ses aventures. Ces petits switch de l’un à l’autre est vraiment très appréciable. Il entretient le suspense, surtout quand il se passe quelque chose  de passionnant et qu’on arrive à la fin du chapitre. On sait qu’il faudra patienter que l’auteure y revienne plus tard. Ce qui fait que les pages se tournent assez rapidement.

Niveau personnage, on avait déjà pu rencontrer précédemment Smokey qui gagne ici une place plus importante. J’ai beaucoup apprécié ce personnage, ainsi que Kalinda et S. (deux nouveaux que j’ai pris plaisir à suivre). J’ai été étonnée de retrouver Peter et encore plus Arnaut et j’ai aimé le dénouement de l’intrigue qui tourne autour d’eux. Pour ce qui est de Ferus et Albane, j’ai été étonnée de les revoir. Je ne me souvenais pas qu’ils avaient une place importante précédemment et j’avais même un peu oublié qui ils étaient. Les passages les concernant sont toutefois assez passionnants et j’ai aimé les redécouvrir.

J’avoue avoir oublié pas mal de détails des trois Tomes précédents et j’ai donc parfois eu un peu de mal à comprendre ou à me souvenir de ce qui s’était passé. Mais globalement, je n’en n’ai pas été plus dérangée que ça dans ma lecture. Ca ne m’a vraiment pas empêchée d’aimer ce moment passé au près des Ferreux.

Au départ, je n’ai pas compris l’intérêt du bonus final concernant Tsimoka. J’ai même failli zapper cette partie et terminer ma lecture. Et puis je me suis dit que si l’auteure l’avait écrit, c’est que ça devait faire partie de l’histoire et je suis contente de l’avoir lue. On y apprend des choses intéressantes et ça permet de comprendre certaines choses. D’autant qu’il est fait référence à Tsimoka plusieurs fois dans ce 4ème Tome.

En bref, j’ai pour ce 4ème Tome la même conclusion que pour le précédent. A savoir qu’il clotûre parfaitement la saga des Outrepasseurs et je remercie l’auteure de nous en avoir appris plus sur les Ferreux, c’était passionnant !

Ma note : 4/5 (Très bien)

Calendar girl Tome 7 – Juillet de Audrey Carlan

couv69536350

Un 7ème Tome pas très différent des précédents (hélas). Mia fond pour son client mais elle reste un peu (trop peu à mon goût) marquée par ce qu’elle a vécu en Juin. L’histoire évolue un peu, mais puisque la trame de fond reste la même, je continue à être déçue… J’apprécie de moins en moins l’héroïne, elle me tape sur le système.

Direction Miami, où Mia est engagée pour jouer dans le clip d’un artiste de hip-hop ultra-populaire. Il l’a choisie pour sa beauté incroyable et parce que sa popularité a une valeur inestimable.

Anton Santiago, ou plutôt Latin Lov-ah de son nom de scène, a la beauté du diable, un corps de rêve, danse comme un dieu et met toutes les femmes dans son lit.

Il est joueur, brute, et Mia ne rêve que de s’allonger dans son lit. Il l’attire énormément et elle pense aussi que tomber dans ses bras lui changera les idées.

Elle a été engagée pour jouer les séductrices mais, au bout du compte, c’est elle qui est tombée sous le charme du latin lover.

Je pense que vous l’aurez compris, j’ai envie de savoir comment cette histoire va se finir, mais je trouve que ça tourne un peu toujours en rond. Et, à lire le résumé de ce 7ème volet, je n’ai pas eu l’impression que celui-ci allait être différent des autres.

Et oui, encore une fois, Mia est tombée sous le charme de son client (et on le sait en lisant le résumé)… dès la première seconde ! Il ne lui faut décidémment pas longtemps pour se mettre à baver et ça m’énerve !!! Au plus on passe du temps avec elle et au plus on se dit qu’en fait, elle n’a pas vraiment de genre de mec, tant que c’est un mec, ça suffit pour qu’elle tombe en pamoison. Ca devient pathétique à la longue de la voir s’extasier dès la première rencontre.

Bref, dans ce 7ème Tome, on sent toutefois que quelque chose à changé. Même si elle fond pour son client, elle garde des réserves (ce qu’elle ne fait absolument pas d’habitude). D’office, vu ce qu’elle a vécu dans le Tome précédent, on comprend qu’elle ne soit plus aussi frivole. Quoi qu’encore une fois, je ne trouve pas tout ça très réel. Les vraies femmes qui vivent ce genre de choses en restent beaucoup plus marquées me semble-t’il.

Et puis à nouveau, on se croirait dans le monde des bisounours ! Anton craque pour Mia mais il ne tente rien et respecte très facilement les réserves de la jeune femme. Vu comment elle l’allume, j’en reste étonnée. Oh et puis… encore un meilleur ami dans la poche ! Comme tous ses autres clients au final. Les bisounours, j’vous dit ! Dans un milieu pareil, moi ça me fait bizarre…

Enfin bon, vous l’aurez compris, je lirai jusqu’au bout mais j’espère vraiment que ça en vaut la peine car au plus j’avance et au moins je la supporte Mia !

Ma note : 3/5 (Pas mal)

 

Rêver de Franck Thilliez

couv59950

Si je n’ai pas été dérangée par la chronologie inhabituelle de ce roman, j’ai toutefois été assez perturbée par le fait qu’Abigaël confonde rêve et réalité. Je m’y suis souvent perdue mais ça ne m’a pas empêché d’apprécier ce thriller et d’en trouver l’intrigue passionnante. J’ai passé un très agréable moment de lecture et j’ai une fois de plus appris des choses ! Que demander de plus ?

Abigaël souffre d’une narcolepsie sévère qui lui fait parfois confondre la réalité avec ses reflets chimériques. De nombreux mystères planent autour de la jeune psychologue, notamment concernant un accident dont elle est miraculeusement sortie indemne.

Vu la couverture (j’adore la couleur et les renards alors je ne pouvais que craquer) et le nom de l’auteur, je ne pouvais que lire ce roman ! Il est depuis un bon moment maintenant dans ma PAL, mais je voulais être à jour dans la série Sharko avant de me lancer dans d’autres romans de Thilliez. C’est maintenant fait et je n’ai pas traîné avant de me jeter dans « Rêver ».

Alors oui, la chronologie n’est pas habituelle. Mais je dois dire que, contrairement à ce que je pensais, ça ne m’a pas dérangée du tout ! Il faut dire que l’auteur nous prévient dès le début et j’ai donc réussi à maintenir le cap. J’suis fière de moi sur le coup, car j’avoue avoir eu une grosse appréhension quand j’ai lu la note de Thilliez à ce sujet au début du livre.

Ce qui m’a perturbée moi, c’est le fait qu’Abigaël confonde la réalité avec ses rêves. Au départ, je ne me laissais pas influencer par les pensées de l’héroïne et je me concentrais sur mon ressenti personnel et puis j’ai fini par me laisser happer par les réflexions d’Abigaël et je m’y suis perdue… J’ai fini par avoir beaucoup de mal à m’y retrouver. Et encore maintenant, je suis mitigée et je ne sais pas quoi croire.

A côté de ça, l’intrigue et le suspense sont bien présents. L’histoire est tout à fait poignante et j’ai été assez étonnée de découvrir comment ça se passe pour un narcoleptique. C’est une maladie que je ne connais pas du tout et j’ai appris des choses très intéressantes. Une fois de plus, c’est quelque chose que j’aime avec cet auteur, on apprend toujours quelque chose de passionnant tout en étant diverti par un très bon thriller.

Je n’ai bien évidemment pas vu venir le déroulement final, ne sachant jamais vraiment si Abi était dans la réalité ou le rêve. J’ai bien apprécié les révélations faites. « Rêver » n’est clairement pas mon thriller préféré de Thilliez, mais j’en garderai un excellent souvenir et je le recommande volontier aux amateurs du genre.

Ma note : 4/5 (Très bien)

 

Wonder de R.J. Palacio

couv71765470

C’est une merveilleuse leçon de vie que nous offer August. Son histoire est magnifique. J’ai beaucoup aimé sa force et la maturité dont il fait prevue alors qu’il n’a que 10 ans ! Un roman à mettre entre toutes les mains, meme (et surtout j’ai envie de dire) celles des plus jeunes, dans les écoles.

« Je m’appelle August.
Je ne me décrirai pas.
Quoi que vous imaginiez, c’est sans doute pire. »

Né avec une malformation faciale, Auggie n’est jamais allé à l’école.
A présent, pour la première fois, il va être envoyé dans un vrai collège…
Pourra-t-il convaincre les élèves qu’il est comme eux, malgré tout ?

J’avoue, ça fait très longtemps que ce roman est dans ma PAL et que j’envisage de l’en sortir. Je ne sais pas pourquoi, à chaque fois que je le mettais de côté en me disant qu’il serait le suivant sur ma liste de lecture, je finissai par le remettre à sa place pour en prendre un autre. Et c’est arrivé souvent ! Finalement, avec la sortie du film, je me suis dit que c’était le moment parfait pour réellement me plonger dans cette histoire.

Ce que j’ai beaucoup apprécié dans ce roman, c’est non seulement le fait qu’Auggie soit un petit garçon formidable, mais aussi le fait qu’on ai droit aux points de vues de différents personnages. Et c’est là qu’on se rend compte justement à quel point Augie est génial. Parce qu’au final, si tous les personnages ont la parole, c’est toujours d’August qu’ils parlent.

Pour faire vite : suite à sa déformation faciale, et pour le protéger de la cruauté des autres enfants, les parents d’Auggie ont préféré l’instruire à la maison. Jusqu’au jour où ils ont réalisé qu’il était temps pour August de sortir et de faire son entrée au collège. Grand moment de stress pour toute la famille. August appréhende beaucoup, ses parents aussi. Je pense qu’on sait tous à quel point les enfants peuvent être méchants entre eux, déjà sans handicap. Mais alors pour un petit garçon de 10 ans dont le visage est complètement déformé… on imagine ce que ça peut faire…

August est un petit garçon très mature pour son jeune âge. On sent à sa façon de s’exprimer, à quel point il en a déjà bavé. Il est très fort, émotionnellement parlant. Il vit le regard des gens avec habitude, il sait que les gens vont tourner la tête et, même si ça lui fait mal, il s’y est fait. J’ai également beaucoup aimé son entourage, sa famille et ses amis.

J’avoue, avant de me plonger dans cette lecture, j’avais un peu peur que l’auteur ai fait dans le larmoyant. Et finalement, ce n’est pas du tout le cas. Je sais que je suis difficile à faire pleurer (niveau bouquin en tout cas) et je m’attendais pourtant à verser toutes les larmes de mon corps. Et non ! Certes, l’histoire et les personnages sont très réels et il y a beaucoup d’émotions pendant toute la lecture, mais ce n’est pas triste pour autant.

Au contraire je dirais même ! Cette histoire, c’est une leçon de vie. Il nous fait réfléchir à la façon dont on regarde/considère les autres, les gens dis « anormaux », mais finalement, elle se situe où la normalité ? Est-ce que parce qu’une personne est un peu différente, on a le droit de se moquer, de la faire souffrir ? Et parallèllement, on s’imagine à la place d’August et on réalise à quel point, sans le faire exprès, on peu être cruel (ne serait-ce qu’en tournant la tête).

Bref, une lecture que je conseille à tout le monde, il devrait même être lu dans les écoles !

Citation(s) :
– « Marrant, comme on a le chic pour se ronger les sangs à propos de quelque chose, et, au bout du compte, s’apercevoir que ce n’était rien. »

Ma note : 5/5 (Coup de Coeur)

Phobos Tome 4 de Victor Dixen

couv4850175

Un 4ème Tome qui ne s’essouffle pas, l’action et le suspense restent très présents. Les aventures de Léo et des pionniers est passionnantes et l’auteur sait donner l’envie au lecteur de rester, quitte à en oublier le sommeil et à passer une nuit de lecture. Un coup de coeur pour ma part, j’ai adoré et je ne peux que recommander !

Ils peinent à reprendre leurs marques.
Ils sont les rescapés du programme Genesis. Exilés sur Mars, ils ont traversé un désert de solitude. De retour sur Terre, ils sont emportés par un tourbillon de célébrité.

Elle peine à reprendre son souffle.
Obsédée par des questions sans réponse, Léonor refuse les honneurs et les caméras. Le danger planant sur la planète bleue est-il vaincu pour toujours ? Les secrets hantant la planète rouge sont-ils enfouis à jamais ? Et si, d’un bout à l’autre du système solaire, tout pouvait basculer à nouveau ?

Même si l’angoisse mène au bord de l’asphyxie, il est trop tôt pour respirer.

Ce 4ème Tome, je l’attendais avec une impatience non dissimulée, si bien que dès que j’ai appris la date de sa sortie, j’étais tous les jours sur Amazon avec l’espoir de le précommander. C’est finalement un peu moins d’un mois avant sa sortie que j’ai enfin pu passer ma commande. Inutile de vous dire que je me suis débrouillée pour pouvoir le commencer dès sa réception !

Je m’épate de constater que j’ai dévoré les 650 pages de ce roman en à peine 7 jours ! Un pur régal !!!! Quel bonheur de retrouver Leo et les autres pionniers de Mars. Quelle jubilation que de replonger dans cet univers que j’ai tant adoré précédemment ! L’ambiance est toujours la même et l’action est le suspense toujours omniprésents.

Je peux dire que l’auteur sait entrenir l’attente ! Les révélations, il ne fait pas ses revelation à la légère. Il s’assure de bien avoir notre attention avant de lâcher ses bombes. Et ça fait son effet, je ne peux pas le nier ! J’avoue, je l’ai presque haïs vers la fin. On sent qu’un truc énorme va nous tomber dessus mais il nous laisse patienter et patienter encore. Plusieurs fois, je me suis écriée « Allez, vas-y, dis-nous ! ».

Autant je me suis sentie frustrée de ne pas obtenir de réponse plus rapidement et autant l’attente à été délicieuse ! J’ai aimé ce que j’ai ressenti; ces frissons qui m’ont parcourues lorsque je me faisais mes propres films toute seule. Et même si je me suis trompée dans mes suppositions, je n’étais tout de même pas si éloignée que ça de la vérité au final.

Et en parlant de final… Oui, ce Tome 4 peut être la fin de la saga Phobos (Il la clôture d’ailleurs parfaitement). Pour autant, je trouve qu’il serait possible de voir arriver un 5ème Tome. Je ne sais pas du tout ce qu’a prévu l’auteur, mais je vous avoue que je croise les doigts pour qu’une suite vienne encore agrémenter l’histoire de Léonord et de ses amis. J’aime tellement cet univers que ça me fait de la peine de le quitter.

En bref, je ne peux que recommander cette merveilleuse série, je suis fan et ce 4ème volume n’est pas en reste, l’histoire est loin de s’essouffler. Si vous n’avez pas encore découvert l’aventure marsienne, n’hésitez plus, foncez !

Ma note : 5/5 (Coup de Coeur)

Calendar girl Tome 6 – Juin de Audrey Carlan

couv14547073

Un 6ème volet qui reste un peu dans la même trempe que les précédents, même si on y trouve un semblant d’action qu’il n’y avait pas avant. Espérons que l’auteur continue sur cette voie et qu’elle continue à faire bouger les choses car je trouve le schémas trop répétitif d’un tome à l’autre. J’ai du mal à être surprise et c’est dommage.

Voilà Mia dans la capitale, Washington, DC. Elle n’est pas très enthousiaste sur sa mission du mois, puisqu’elle doit jouer la compagne de Warren Shipley, un homme âgé et surtout l’un des plus riches businessmans des États-Unis. Elle doit lui servir de faire valoir vis-à-vis des hommes d’affaires qu’il veut approcher.

Mais elle va vite changer d’avis lorsqu’elle est accueillie par Aaron Shipley le fils de Warren.

Aaron est non seulement irrésistible physiquement, raffiné, mais aussi le plus jeune sénateur des États-Unis. À trente-cinq ans, il est riche comme Crésus, célibataire, et fait les couvertures de tous les magazines du pays.

Mia, qui pensait que la politique était un monde ennuyeux, va s’apercevoir qu’il n’y a rien de plus excitant que la démocratie. Et, pourtant, il va lui falloir beaucoup de force et de courage pour surmonter de bien tristes événements. Heureusement, elle sera bien entourée…

Un résumé qui, je l’avoue, je ne m’a pas vraiment donné envie de me plonger dans ce mois de juin. Si vous avez lu mes chroniques des Tomes précédents, vous devez savoir que je déplore le côté « Femme en chaleur » de Mia, cette capacité qu’elle a de baver devant tous les mecs qu’elle voit et de s’imaginer direct dans leur lit avant même de leur avoir adressé la parole.

Malgré ce résumé donc, qui annonce clairement qu’elle va flasher sur le fils de son client, je dois avouer que je reste curieuse de savoir comment va se finir cette saga. C’est pourquoi je me suis tout de même décidée à lire ce 6ème Tome. Et nous voilà à la moitié !

Finalement, j’ai été contente de le lire car je l’ai bien apprécié. Et j’avoue que j’ai presque jubilé lors de ces « bien tristes événements » annoncés. Si vous l’avez lu, vous allez peut-être me trouver mauvaise de dire ça. Mais bon, c’est un peu un juste retour des choses, non ?! A force de jouer avec le feu, on se brûle, c’est logique. Et puis, il faut avouer que depuis le début, tout se passe toujours affreusement bien… ça en devient lassant, vous ne trouvez pas ?! J’ai aimé qu’il y ait enfin un peu d’action.

Et à côté de ça, j’ai trouvé l’évolution des évènements un peu trop facile, un peu trop gentille. C’est un peu contradictoire en fait… D’un côté on a une salope qui écarte les cuisses dès qu’un beau mec lui sourit et puis de l’autre, on est dans un monde un peu trop « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ».

Alors rappelons quand-même qu’au départ, si Mia fait ce qu’elle fait, c’est quand-même pour rembourser les dettes de son père et lui éviter de se faire tabasser par celui à qui il doit du fric. C’est quand-même un peu sombre, non ?! On s’attendrait quand-même à ce que ça soit difficile pour elle de se vendre de la sorte. Mais non, c’est toujours trop facile, elle craque pour tous les mecs qu’elle croise ! Et puis on se retrouve toujours avec des clients trop gentil qui finissent toujours pas rester amis avec elle. On pourrait presque se croire chez les bisounours !

Bref, tout ça pour dire qu’un peu d’action, ça ne fait pas de mal et c’est donc pour ça que j’ai apprécié ce qui s’est passé dans cette 6ème histoire. J’ai été un peu déçue que ça se termine comme ça, ça aurait pu finir avec plus de niak, mais bon… Faut croire que ça ne va pas changer !

Je continuerai à lire les Tomes suivants mais j’espère vraiment que ça va bouger un peu plus par la suite parce que le schémas reste toujours un peu le même et je trouve ça dommage.

Ma note : 3,5/5 (Bien)

Au pays de l’Ailleurs de Tahereh Mafi

couv29189867

Une lecture que j’ai trouvée magnifique de par la plume de l’auteure. C’est poétique, c’est magique, c’est très agréable… J’ai adoré cet univers et je suis ravie d’avoir passé ce merveilleux moment de lecture avec Alice et Oliver. Duo au départ improbable qui pourtant vit des aventures passionnantes. Bref, je recommande !

Avec sa peau pâle et ses cheveux de neige, Alice détonne à Ferenwood. Car Ferenwood est un monde éclatant de couleurs, révélatrices d’un don magique. La blanche Alice n’a donc apparemment aucun don, aucun intérêt : les habitants de ce lieu en ont fait une paria.

Aussi lorsque son père, la seule personne qui lui témoigne de la bienveillance, disparaît soudainement, la jeune fille n’a-t-elle plus qu’un seul but : le retrouver.
Pour cela, elle va devoir explorer la mythique et dangereuse contrée un peu plus loin que l’horizon… Elle part avec Oliver, un compagnon de route dont le talent magique consiste à pouvoir tromper son monde. Ce don leur sera-t-il utile Là-bas, un univers sans pitié peuplé de créatures effroyables où rien n’est ce que l’on croit, où les pièges pullulent ? Alice elle-même devra reprendre confiance et utiliser des pouvoirs cachés que nul n’avait décelé chez elle. Reverra-t-elle son père et pourra-t-elle enfin mettre des couleurs sur sa vie ?

Ça doit faire un an que j’ai ajouté ce livre dans ma WishList et ensuite, dans ma PAL. Je me souviens qu’à l’époque, je voulais vraiment le lire. A tel point que je l’avais mis sur ma WishList de Noël en espérant que quelqu’un me l’offre. Ça n’a pas été le cas mais je me le suis très vite procuré par la suite. Et voilà… c’est seulement maintenant qu’il sort de ma PAL. Heureusement que j’avais vraiment hâte de le lire !

Dès les premières lignes, j’ai été charmée par le style de l’auteure, sa plume est vraiment poétique et j’ai trouvé que ça donnait de la magie à l’histoire (qui n’est déjà pas banale). En plus, j’ai beaucoup accroché à l’univers mis en place. Ce monde coloré où on mange des fleurs et où chacun possède un talent magique.  C’est tellement beau, tellement… Je n’ai pas de mot en fait… J’adorerai vivre dans ce monde !

Alice est une jeune fille que j’ai très vite appréciée, je ne sais pas pourquoi. J’ai trouvé qu’elle gérait bien son côté à part des autres. Être une pré-ado toute sans couleur dans une ville aussi colorée ne doit pas être facile tous les jours, au contraire. Personnellement, je pense que j’aurais tendance à m’isoler. Elle, de son côté, ne pense qu’à passer sa présentation afin de recevoir une mission qui montrera aux yeux de tous que malgré sa différence, elle est digne de faire partie de Ferenwood. Et parallèlement, elle veut plus que tout retrouver son père disparu.

Lorsqu’elle se retrouve embarquée avec Oliver sur les traces de son père, elle n’a d’autre choix que de le suivre, lui qui semble en savoir beaucoup sur les lieux où ils se rendent, sur les choses à faire et à ne surtout pas faire. Il est vrai que leur début d’aventure n’est pas des plus idéal car ils ne s’entendent pas vraiment. Pas du tout même. Mais justement, j’ai beaucoup apprécié suivre l’évolution de leur relation. Voir la méfiance d’Alice envers ce garçon qu’elle ne peut pas voir en peinture, la voir hésiter et tout remettre en question… J’ai adoré leurs échanges.

Ces aventures qu’ils vivent ensemble nous donne également un trait de caractère d’Alice, elle est très persévérante et n’abandonne pas devant l’adversité. Je ne l’en ai que plus appréciée encore ! On peut dire que son père a beaucoup de chance d’avoir une fille comme elle.

En bref, j’ai passé un très agréable moment de lecture et je ne peux que recommander ce roman plein de poésie et de magie !

Ma note : 4,5/5 (Excellent)